Souvenirs de la route 389

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt le premier volet de la série de huit articles de Monique Durand sur la route 389 et la Translabradorienne. Pour avoir moi-même, en compagnie d’un ami, parcouru la 389 aller-retour entre Baie-Comeau et Fermont, le premier article de la série me rappelle un beau souvenir.

Jusqu’à Manic-5, c'est facile. La route est sinueuse et on aperçoit de nombreux paysages époustouflants. Même si la route n’est plus pavée après Manic-5, ça roule bien, entre 70 et 90 km/h. Il ne faut pas hésiter à faire de nombreuses pauses pour admirer les paysages, particulièrement à l’occasion de la traversée des multiples cours d’eau qui coupent la route.

J’ai hâte de lire ce que Mme Durand aura écrit sur la traversée de l’ancienne ville de Gagnon, où on annonçait lors de notre passage à l’été 2011 l’implantation prochaine d’un Tim Horton’s. J’ai également hâte de connaître son appréciation des derniers 70 kilomètres avant Fermont appelés le Chemin à vaches par les gens de Fermont.

Un grand merci pour cette série d’articles que je vais lire religieusement, d’autant plus que mon ami et moi nourrissons le projet de nous rendre à Terre-Neuve par voie de terre d’ici deux ou trois ans.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.