Surplus du Québec: les enfants d’abord!

Le ministre Leitão annonce un surplus de 1,8 milliard de dollars et envisage une baisse d’impôts. Puisqu’il désire se montrer « prudent » et qu’il attend entre autres les données de l’éducation pour décider ce qu’il en fera, je me permets de lui rappeler aujourd’hui les coupes d’un milliard imposées dans ce secteur durant les dernières années.

Quand un enfant n’obtient pas les services auxquels il a droit à l’école, quand les parents doivent recourir au secteur privé pour pallier le manque de services, c’est une attaque directe à l’égalité des chances. Il est clair que ce surplus s’accumule sur le dos de la population.

On peut envisager des baisses d’impôts, mais cette décision ne constituerait pas une redistribution équitable de la richesse à ceux qui en ont le plus besoin, car, ne l’oublions pas, le rôle de l’État, c’est aussi d’offrir des chances égales à toutes et à tous.

À la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ), nous avons entendu trop d’histoires d’horreur en raison des coupes de services dont les enfants font les frais. J’invite le ministre Leitão à interroger les parents qui ont des enfants présentant des difficultés particulières et qui, faute de ressources, doivent se tourner vers le privé, pour répondre à ce besoin. Combien de jeunes souffriront de ce manque de services ?

Si le surplus se traduit en baisse d’impôts, les plus riches auront encore plus d’argent et les plus pauvres en auront très peu. Quand un surplus se fait au détriment des enfants, on a un énorme problème !

M. Leitão reporte à l’automne la décision quant à l’utilisation de ce surplus.

J’espère que les parents seront nombreux cet été à lui rappeler l’importance d’un réinvestissement massif en éducation.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

8 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 9 juillet 2016 07 h 48

    L'argent

    L'éducation, c'est de l'argent, mais pas uniquement. Si un système d'éducation bien financé enseigne avec des méthodes pédagogiques à gogo comme c'est le cas présentement, le "nouveau financement" ne donnera aucun résultats tangibles.

  • Sylvain Auclair - Abonné 9 juillet 2016 08 h 13

    Vous rêvez!

    Baisser les impôts après l'élimination du déficit était une promesse électorale!

    • Brigitte Garneau - Abonnée 9 juillet 2016 13 h 00

      Promesse que notre bon gouvernement va respecter...

    • Yves Côté - Abonné 9 juillet 2016 13 h 28

      Eh bien, après les mesures et les objectifs silencieux de ce gouvernement à casser le tissus social qu'il nous aura été si difficile de créer, ce sera la cerise sur le gâteau pour quiconque désire notre appauvrissement collectif, notre fractionnement social et la paupérisation la plus large possible de notre population.
      Après Robin de Bois à Nottingham qui prenait aux riches pour donner aux pauvres, au Québec, nous avons un Robin des Rois qui lui, sans sourcilier, prend aux pauvres, aux personnes agées, aux personnes malades, aux personnes handicapées, etc. pour donner aux riches.
      Drôle de fierté que se gouvernement a, à respecter ses engagements électoraux...
      Fierté selective obéissant aux mieux nantis.
      Moi en tout cas, je ne trouve rien dans ce gouvernement aux ordres d'Ottawa pour me rendre heureux.
      Salutations, Monsieur Auclair !

  • Chris G. Eustace - Abonné 9 juillet 2016 08 h 51

    Surplus du Québec : les enfants d'abord!


    Toujours - les enfants d'abord!

  • Gilles Teasdale - Abonné 9 juillet 2016 14 h 57

    Je ne crois pas que l'éducation soit une priorité pour Couillard,il l'a prouvé à plusieurs reprises.

  • André Mongrain - Abonné 9 juillet 2016 16 h 25

    Leitão qui interroge les parents ?

    Je crois que ce serais plutôt aux parents à interroger le ministre.
    L'éducation devrais être la première sinon une des deux plus grande priorités avec la santé. Une population instruite est une population qui s'enrichit.
    Mais connaissant nos politiciens du parti libéral, élections en vue en 2018 et bien les promesses de baisse d'impôts vont arriver, et les gens auront oublier toutes les augmentations de tarifs exemple les garderies , et toutes les coupes dans les services en santé et éducation, après tout les dommages causés depuis qu'ils sont au pouvoir ils sont encore premier dans les sondages, c,est à ne rien comprendre !!

    André Mongrain