Inacceptables forages à Anticosti

Le prélèvement de millions de litres d’eau aux fins d’exploration a l’île Anticosti est inacceptable, inadmissible. Comment des gouvernements peuvent-ils autoriser une telle situation quand l’eau est l’élément le plus essentiel à la vie alors qu’on en retirera une quantité astronomique ? Des millions sinon des milliards d’êtres humains sur la planète peinent chaque jour à s’enquérir d’eau potable afin de survivre.

C’est une aberration et d’un mépris inimaginable pour tous les citoyens ; on impose des règlements pour l’utilisation de l’eau dans les municipalités et ces maniaques du profit qu’est Pétrolia osent en faire fi à la face des citoyens et des autorités pour retirer cette précieuse ressource.

Cette farce a assez duré et Pétrolia doit quitter l’île Anticosti. Ils ont à peine commencé leur projet d’exploration que déjà le grabuge est amorcé. Je n’ose même pas imaginer la destruction de cette ressource si l’exploitation du pétrole d’Anticosti a lieu.

Pendant ce temps, nos gouvernements se pavanent en nous faisant croire qu’ils sont les grands défenseurs de l’environnement, alors qu’avec ces faits, ils nous démontrent qu’il n’en est rien.

Monsieur Heurtel, la porte ! Ça presse !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

7 commentaires
  • Jacques Grenier - Abonné 6 juillet 2016 05 h 45

    Mensonges

    Le plus bel exemple des mensonges de Couillard et des libéraux.

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 juillet 2016 11 h 52

      PQ ou PLQ - Même combat !

      - Comment faites-vous pour passer sous silence que ce projet est issu d'un contrat signé par le Parti québécois ?

      Ici comme ailleurs..

      PQ = PLQ !

  • Jean-Yves Arès - Abonné 6 juillet 2016 08 h 05

    Ce qui est inacceptable c'est la fabrication par les médias d'un problème là ou il n'y en pas.


    On se retrouve donc avec un commentaire vide comme que celui présenté ici ou l'on ne retrouve que de l'émotion exarcerbée, et zéro fait probant.

    Ainsi, par une pure fabrication médiatique, l'auteur croit et est convaincu qu'on «retirera une quantité astronomique» d'eau.

    Hors au Québec en moyenne la pluie qui tombe sur le simple hector de terrain que l'on déboise pour faire un forage exploratoire correspond a la quantité nécessaire a ce forage. Pour rappel il tombe en moyenne un métre d'eau par année, par métre carré au Québec, ce qui donne 10 millions de litres par hectar. Et on a toute les chances que ces précipitations soient plus élevées en milieu marin comme l'est Anticosti.

    • Benoît Landry - Inscrit 6 juillet 2016 08 h 20

      Votre argument est vrai, mais il y aurait des nuances à mettre au vôtre aussi..

      Le métre d'eau qui tombe, c'est sur une année complète. Là le prélèvement d'eau se fait à une période où les eaux de surface sont les plus basses à une période où les saumons remontent le courant.

      Les techniciens de l'usine de traitement d'eau ont peut-être fait un raisonnement raccourci comme le vôtre, en planifiant selon le calendrier un déversement d'eaux usées dans la Yamaska sans tenir compte que la rivière était dans une période d'étiage, ai-je besoin de vous rappeller les résultats ?

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 6 juillet 2016 08 h 27

      À Jean-Yves Arès : Ai-je bien compris votre raisonnement selon lequel les pétrolières n’ont pas besoin d’une autorisation de puiser des millions de litres d’eau dans les rivières à saumon d’Anticosti; elles n’ont qu’à recueillir l’eau de pluie qui tombe naturellement sur leurs sites d’exploration ?

      Alors dites-moi, monsieur Arès, qu’est-ce qui justifie l’autorisation du ministre David Heurtel ?

  • Jean-Marc Simard - Abonné 6 juillet 2016 08 h 11

    « Pétrolia osent en faire fi à la face des citoyens et des autorités pour retirer cette précieuse ressource.»

    Le pétrole de schiste n'est plus une ressource, mais est devenu un DÉCHET, produisant du déchet...

    • Christian Montmarquette - Abonné 6 juillet 2016 11 h 57

      Vous devriez remercier "votre" beau Parti québécois qui a signé le contrat avec Pétrolia et a engagé le gouvernement à financer ce projet.