Aide médicale à mourir

Notre époque a inventé la formule et le service de « l’aide médicale à mourir ». Jusqu’ici, la médecine se préoccupait de combattre la maladie, de soulager la souffrance, d’aider le malade à combattre la maladie. Maintenant, on veut que le médecin aide à mourir. On n’aurait jamais accepté une telle formule autrefois. Elle ne respecte pas suffisamment le mystère de la vie et de la mort, toute la part d’inconnu qui envahit la vie humaine à la fin de notre existence alors que certaines personnes condamnées par la médecine, par le savoir humain, ont persisté dans l’existence. La formule de « l’aide médicale à mourir » me semble un changement historique de perspective de la médecine, et reflète une conception de l’homme tout à fait différente de celle qu’a toujours reconnue l’Occident, et sans doute l’Orient. Ce qui est au fond de cette philosophie, c’est une réduction de l’homme à une espèce d’animal ou de mécanique sans ouverture sur quelque forme de transcendance que ce soit.

À voir en vidéo