Chiens de consommation

À la base, les chiens étaient utilisés pour le travail. Ils gardaient leurs troupeaux de moutons, ils retrouvaient des gens perdus, ils aidaient à chasser du gibier, etc. Je parle au passé, car c’est de moins en moins le cas ; aujourd’hui, les chiens sont devenus des objets de consommation. Je n’ai rien contre cela, surtout si l’animal apporte un bien-être aux gens. Mais certaines races de chiens ne se prêtent pas à cette utilisation. Pitbull, berger allemand, husky, mastiff sont des races de chiens de travail (ou de combat) qui ne sont pas des « toutous » à adopter pour « le fun » et surtout pas en ville. Voir un Saint-Bernard ou un rottweiler sur le trottoir d’une ville, c’est aussi insensé que voir un chihuahua dans une ferme…

Le cas du pitbull est d’autant plus surprenant ; parmi les centaines de races de chiens, pourquoi un individu choisit-il un chien de combat si ce n’est pour afficher du pouvoir ou même de la domination sur les autres ?

Au fond, c’est égoïste d’acquérir un chien de travail ou de combat pour son petit plaisir personnel, car je ne crois pas que ces chiens soient heureux de passer la majorité de leur temps dans une maison ou un appartement. Avec l’urbanisation de notre société, on ne se souvient plus que c’est surtout en campagne que les chiens vivaient. Des races de chiens pour la ville, il y en a et ces chiens sont majoritairement petits, ils n’ont pas besoin de dépenser des tonnes d’énergie et ils ne sont pas dangereux.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Benoit Thibault - Abonné 21 juin 2016 06 h 54

    Chien de travail ou de combat

    Cette définition est simpliste. Le terme actif ou énergique s'applique d'avantage à plusieurs des races que vous avez nommer.
    Des bergers allemands en ville peuvent y être très heureux s'ils bénficient des activités dont ils ont besoin.
    Le lieu de résidence en ville, un petit appartement versus une maison, importe d'avantage sur le bien être du chien et du niveau approprié de sa taille.
    De plus les chiens en ville peuvent socialiser ce qui est salutaire pour eux.

    Le problème c'est avant tout l'atitude ou les moyens des maitres d'avantages que la race.