Pont de Québec: le PLC doit respecter sa promesse

Le Parti libéral du Canada (PLC) avait promis, lors de la dernière campagne électorale, de régler le problème du pont de Québec ; les babines étaient en action.

Depuis quelque temps, les députés du PLC, de la région de Québec, envoient des signaux très forts indiquant que cette promesse électorale ne sera pas respectée, se rendant compte que le CN leur servirait une fin de non-recevoir. Étrangement, ces députés semblent se battre avec plus d’enthousiasme pour le CN que pour l’entretien du pont de Québec. Bref, il n’y a aucun député fédéral de la région pour défendre ce dossier.

On les entend dire que peinturer du métal, c’est purement esthétique et que le pont est sécuritaire, comme les conservateurs autrefois. Qu’en est-il de la durée de vie de cette infrastructure de transport très polyvalente ? Savent-ils quelque chose que l’on ignore ?

Même en ajoutant 20 milliards de dollars au déficit, le PLC n’a pas trouvé un sou de plus pour le pont. Pourtant, de l’argent, il y en a pour les projets ailleurs : pont Champlain (4,2 milliards), pont Windsor-Detroit (4,8 milliards), entretien des ponts Honoré Mercier et Jacques-Cartier (139 millions en 2015 et 211 millions pour 2016).

La région de Québec a besoin d’imagination et de persévérance pour que l’on puisse voir ce dossier se régler adéquatement. Malheureusement, ces mêmes députés cachent leur impuissance en rivalisant d’imagination pour détourner l’attention : de la peinture ; est-ce le meilleur choix ? Pourquoi ne pas financer d’autres types de projets ? Un petit acompte pour financer un 3e lien interrives ? Ce genre de manoeuvre cherche à clore le dossier en semant la zizanie et à nous éloigner d’une solution durable.

Ce pont reste sécuritaire malgré les défauts d’entretien parce qu’il a été construit très solidement à la suite de deux tragédies qui ont causé de multiples décès lors de sa construction ; il ne faudrait pas l’oublier.

Plus grand pont cantilever au monde, merveille d’ingénierie déclarée « monument historique international » et « lieu historique national du Canada », symbole de la ville de Québec, le pont de Québec mérite mieux que la comédie actuelle.

Le PLC a créé le problème, il a mis en place les conditions pour que le problème perdure et, aujourd’hui, ils voudraient que l’on détourne définitivement les yeux du problème. Malheureusement, comme d’habitude avec le PLC, les bottines ne suivent pas les babines.


 
2 commentaires
  • André Mongrain - Abonné 6 juin 2016 10 h 33

    Pourquoi payer ??

    Pourquoi ce serais au gouvernement que ce soit municipal, provincial ou fédéral à payer pour peinturer le pont de Québec qui appartient au "Canadian national" , ne pourrais t-on pas obliger cette compagnie à entretenir son pont ??? Mes semble que ça ne prend pas la tête à Papineau pour savoir que la rouille affecte la structure d'un pont à la longue, et quand il sera près d'être dangereux, à qui le CN va demander des subventions pour le pont qui deviendrais soudainement dangereux ???
    André Mongrain

  • Jean Boissonneault - Abonné 6 juin 2016 17 h 22

    Plus ça change...

    Les promesses n'engagent que ceux qui y croient. (proverbe libéral)