Confusion autour de «Canada»

Michel David, dans sa chronique du 10 mai dernier (« Le retour du mouton »), jette un regard limitatif sur le sens historique du Canada, entretenant la confusion quant à l’origine du mot.

Regardons un peu le parcours de notre peuple. C’est le Français Jacques Cartier qui fut le tout premier à écrire le mot « Canada » en 1535, dans son journal de voyage. Dès les années 1680, les habitants de la vallée du Saint-Laurent se sont définis comme « canadiens », tel que la littérature d’époque l’atteste abondamment. Le Traité de Paris (10 février 1763) a fait que la France cède le « Canada » et les « habitants du Canada » à la Grande-Bretagne. Les patriotes de 1837, issus du Parti canadien, s’identifiaient comme patriotes canadiens, et d’ailleurs, la chanson composée à leur mémoire, en 1842, est sans équivoque : Un Canadien errant. Notre compatriote Calixa Lavallée composa l’Ô Canada qui fut joué pour la première fois le 24 juin 1880. Et comment s’appelle le club de hockey montréalais créé au début du XXe siècle ?

Les liens entre l’histoire de la France, l’histoire du français d’ici et « Canada » sont indéniables ! Comment peut-on les tenir sous silence quand notre devise est : Je me souviens ?

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Bernard Terreault - Abonné 19 mai 2016 08 h 33

    Canada

    Vrai ce que dit M. Laberge, pour ce qui est du passé, mais M. Trudeau père a changé tout ça il y a une quarantaine d'années. Il n'y a plus deux peuples, les "Canadiens" et les "Conquérants britanniques", fédérés jusque là par la crainte de l'absorption par le gros voisin du Sud, mais un seul "peuple", dit multiculturel, uni par l'anglais, "langue des affaires".