Vigneault et l’indépendance

Nous avons assisté récemment à un spectacle un peu spécial où Gilles Vigneault interprétait ses chansons en consacrant de longues minutes à répondre aux questions en provenance des spectateurs.

À un jeune dans la trentaine qui lui demandait quelles raisons on aurait de vouloir faire l’indépendance, Gilles Vigneault répondit à peu près ceci : « Si nous étions indépendants du Canada, il nous serait très facile de dire non au projet d’oléoduc Énergie Est. » Et Vigneault n’a rien trouvé d’autre à ajouter. Voilà où nous en sommes : même le chantre du pays n’ose plus dire que nous devons faire l’indépendance d’abord et avant tout pour assurer la survivance d’un coin francophone en Amérique du Nord. Décidément, les questions identitaires n’ont plus la cote. […]

Mais Vigneault tient un discours fort pertinent au regard de l’immigration. Il est plus facile d’accueillir des étrangers dans une maison qui nous appartient et dont nous sommes fiers que dans un petit appartement loué. Il aurait pu ajouter cette raison de faire l’indépendance : pour faciliter une vie harmonieuse avec les nouveaux venus.

Gilles Vigneault, 87 ans, nous a donné un spectacle éblouissant. En pleine possession de ses moyens, debout pendant deux heures (sans entracte), il a su nous charmer par son langage poétique, son humour incroyable, et de très belles chansons pour lesquelles il retrouvait même parfois une voix sans faille. Une très belle soirée…

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

5 commentaires
  • Lise Bélanger - Abonnée 10 mai 2016 07 h 00

    Justement, il a tout dit. Je ne comprends pas votre commentaire. recevoir dans sa maison, c'est ça l'indépendance. Prendre ses propres décisions (oléoduc) c'est ça l'indépendance...que dire de plus?

    Heureuse d'entendre parler de Vigneault.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 10 mai 2016 08 h 55

      Moi... j'aimerais entendre de jeunes poètes de l'indépendance.
      Où sont-ils ces jeunes qui nous diront que notre pays est autre chose que l’hiver ?
      Où sont-ils ceux qui seront le flambeau une fois que celui-là s'éteindra ?
      Sera-t-il le dernier des chantres du rêve non accompli ?
      Où est et qui chantera notre victoire ?
      Ou cette dernière chanson en sera-t-elle une de déception ?

      PL

  • Michel Blondin - Abonné 10 mai 2016 11 h 21

    Une langue en sous-titre

    Gilles Vigneault est un poète. Il a tant dit, que ce qu'il a à dire, est que redire de qu'il dit depuis toujours.

    Un homme de sa trempe ne ment ni se dément. Il est de ces hommes fait de libertés.
    Bravo, si vous voulez y mettre les points sur les "i". D'habitude, il faut se lever de bonne heure pour y voir un accroc à toute l'évolution de la pensée du poète. Je croirais qu'elle est plutôt vôtre, et souvent la nôtre par les temps qui passent. Surtout avec notre langue en sous-titre.

  • Michel Lebel - Abonné 11 mai 2016 15 h 09

    Poètes et politique!

    Quand les poètes se mêlent de politique, ils se gourent généralement. Vigneault ne fait pas exception à la règle. Mas évidemment chacun a droit à son opinion. Vigneault demeure toujours un grand poète.


    Michel Lebel

    • - Inscrit 11 mai 2016 18 h 32

      Que dites-vous du poète du Parlement canadien ? ;-)