La santé, terrain de jeu du docteur Barrette

Comme un enfant à qui l’on a offert un nouveau jeu, le ministre Barrette s’est emparé des pièces et personnages pour modeler son nouveau système de santé à la carte. Ainsi, il allait réaliser son grand rêve, soit celui de jouer à une réorganisation complète des soins de santé en manipulant les organisations et les personnes à sa guise, comme des marionnettes de service.

Cependant, comme médecin, on se serait attendu de sa part à des coupes chirurgicales. On assiste plutôt à un découpage à la tronçonneuse qui bouscule les intervenants de la santé, les organismes de surveillance et, au bout du compte, les usagers eux-mêmes. Désirant opérer rapidement, en déstabilisant les organisations et les ressources, le ministre, seul en scène, nous joue son grand jeu d’improvisation teinté de tyrannie méprisante.

Sa dernière lubie est de déplacer des professionnels des CLSC vers les nouvelles cliniques GMF. Seulement dans la région de Québec, 38 des 58 travailleurs sociaux subiraient cette délocalisation. Ces ressources à vocations sociale et préventive se verraient muter dans un nouvel environnement curatif sous la direction des médecins, qui, comme on le sait, sont reconnus pour leur grande sensibilité sociale… particulièrement dans le partage équitable de la richesse collective et des revenus.

L’idée fixe de notre grand bâtisseur de proposer un modèle unique sous la supervision des médecins laisse dans la marge des expériences porteuses de solutions, comme la clinique SABSA (gérée par des infirmières), qui répond à des besoins particuliers, et ce, à des coûts moindres. Des cliniques d’infirmières semblables existent d’ailleurs en Ontario et s’intègrent naturellement dans leur réseau de santé. Pourquoi est-ce si compliqué au Québec d’envisager des solutions de santé qui ne soient pas assujetties au contrôle des médecins ?

Docteur Barrette, ralentissez la cadence. Vous êtes en train d’épuiser tout le personnel de la santé. Ce n’est pas en rendant le monde malade que vous allez améliorer le système de santé. Le jeu n’en vaut pas la chandelle, surtout si vous la brûlez par les deux bouts.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.