Ras-le-bol…

Question d’une éducatrice à monsieur Sébastien Proulx : si une travailleuse perd son emploi en CPE à la suite de vos compressions, aura-t-elle droit à une généreuse indemnité de départ ? Pour elle aussi, vous prenez le risque qu’elle soit sans revenu, et ce, peut-être davantage que quelques semaines. Elle aussi a des enfants et un budget familial à respecter.

Monsieur Sam Hamad… Comme cette même éducatrice était intégrée dans une équipe de travail dynamique, qu’elle était aimée des enfants et qu’elle aimait beaucoup ces derniers. Comme elle croyait au système des CPE et qu’elle y était un élément important auprès des petits et de leurs parents, vous comprendrez certainement qu’elle aussi est brûlée et soucieuse. Toutefois, elle ne gardera pas sa limousine et tentera plutôt de conserver sa vieille Honda !

Monsieur Couillard… Vous comprendrez que ce n’est pas avec noblesse et générosité qu’elle se retirera, à l’instar de monsieur Hamad, mais avec une grosse rancoeur et beaucoup de chagrin de quitter un idéal !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Catherine-Andrée Bouchard - Abonnée 6 avril 2016 05 h 21

    Les Affres de la Restauration...

    Mme Girouard, je lis votre lettre et je prends conscience d'a quel point les gens sont insensibles envers cette faune nocturne qui vit du métier de la restauration.

    Vous devriez voir l'attitude du peuple quand il se paye " un bon Resto"!!!

    Il exige une dévotion irréprochable et des prouesses rien de moins que spectaculaires des serveurs et cuisiniers.

    Des que la moindre chose cloche, ils sont outrés, se croient en droit d'être dédommagés, de se plaindre sur le ton le plus méprisant.

    On est très loin du " aucune hostilité verbale ne sera tolérée" des bureaux gouvernementaux.

    Dans " un beau Resto", les matantes vont dire a ta patronne que tu es une bonne a rien, car une d'elles a attendu en plein rush son verre d'eau au moins quatre minutes, ce qui est intolérable et tatati et tatata.

    Tu travailles à noël et au jour de l'an jusqu'à 2 heures du matin.

    Tu fais 70 heures semaine tout l'été payé en heures rapportées pour éviter le temps et demie prescrit par la loi.

    Tu te fais une clientèle, tu t'habitues aux gens, puis en automne on te remercie car les terrasses ferment et il n'y a plus assez de clients.

    Croyez-vous qu'on offre au pauvre serveur une belle prime de départ???

    Croyez-vous que quelqu'un va écrire dans le Devoir pour sensibiliser les gens contre le sort ingrat de ce pauvre serveur qu'on tord comme un citron pour jeter aux ordures lorsqu'il n'a plus de jus ou quand ça fait notre affaire?

    Et bien moi je le fais ce matin!

    Soyez poli, respectueux et même amicaux avec vos serveurs, soyez plus tolérants et n'ayez pas peur de montrer que ça vous a fait plaisir que quelqu'un s'attarde à vos moindre volontés et caprices alors qu'avouez-le, vous êtes quand même roturier!!! et soyez prodigue en pourboire!

    Quand il abandonnera la restauration à 26 ans parce qu'il est complètement brûlé, il aura peut-être quelques sous de côté pour voir la suite de sa carrière, ne pouvant malheureusement envisager sa retraite comme un joueur de la LN

  • Mario Gervais - Inscrit 6 avril 2016 06 h 38

    Norme minimale du chômage

    A l'image de notre Quebec Libérale party (en franglais). Je penses qu'il faudrait inclure a nos normes minimaliste du travail, un clause "Hamad". Ainsi, les employeurs et actionnaires y penseraient à 2 fois avant de faire des mises à pieds, même pour présumé fraude...Surtout que dorénavant c'est comme un congé de maladie. L'on pourrait même aller jusqu'a ne pas fournir limousine et chauffeur, cela me semblerait acceptable. Surtout si tu peux conserver ton assurane emploie en floride. C'est épuisant un congédiement, pas seulement pour un "Croche"
    S't'une Hamade joke cette histoire.