cache information close 

La confiance

« J’ai confiance en Sam Hamad. Ma confiance en lui n’est pas diminuée par les événements des derniers jours » (Philippe Couillard, le samedi 2 avril 2016). Alors même qu’il quitte ses fonctions en raison d’accusations de corruption gravissimes qui pèsent sur lui (participation à du lobbying illégal, financement illégal, bris de secret ministériel et trafic d’influence de ministre au profit d’une entreprise privée), Sam Hamad est appuyé inconditionnellement par le premier ministre Philippe Couillard et le Parti libéral du Québec.

Ces derniers n’ont en effet rien trouvé de mieux à faire pour rassurer la population sur l’intégrité du gouvernement que de maintenir cet homme au sein du caucus libéral et de lui laisser tous ses privilèges de ministre (salaire, voiture de fonction, chauffeur, etc.). Ce même Sam Hamad qui est déjà sous la surveillance du Directeur général des élections et du Commissaire à l’éthique de l’Assemblée nationale, ce même Sam Hamad qui a fui en Floride pour oublier les moments difficiles qui l’accablent le temps de vacances impromptues, est appuyé de tout coeur par nul autre que le chef de l’État québécois.

Ce laxisme et cette complaisance dans l’impunité sont absolument inacceptables de la part d’un homme qui dirige de surcroît un parti dont la réputation est déjà fortement entachée. Si Philippe Couillard ne congédie pas Sam Hamad sur-le-champ et qu’il continue de lui donner son appui inconditionnel, c’est lui qui devra démissionner et déclencher des élections anticipées. En démocratie, quand un gouvernement a perdu toute légitimité, c’est la seule chose qui reste à faire.

1 commentaire
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 6 avril 2016 07 h 17

    Normal

    Quand quelqu'un considère comme normal ce qu'il fait, il est toujours surpris que les autres s'en offusquent. La «façon» Hamad fait partie du système libéral. Son seul problème est qu'il s'est fait pogner. Regardez bien ce qui va arriver... Éventuellement, après maintes tergiversations (obligées), le chef de cette meute éliminera le coupable et... le système continuera, comme avant, sous la table, mais avec un peu plus de paravents afin de protéger ce qui «fonctionne».

    Les Libéraux ont plus de chance de dévier le cours du St-Laurent que de sortir du lit où ils couchent depuis des années. Il va arriver la même chose à Hamad que ce qui est arrivé à Normandeau : Allez... en dessous de l'autobus et la partie continue ! Pour ces gens, c’est «normal».

    PL