Bus et automobiles

Mardi matin. J’attends l’autobus 45, direction nord. L’attente dure depuis 10 minutes. Je regarde l’horaire affiché sur le poteau. Le prochain bus est à 10 h. Le dernier était à 9 h 30. Trente minutes entre les deux passages. Pendant ce temps, c’est un flot ininterrompu de bagnoles et de camions qui roule sur la rue Papineau.

Je sais que la lutte contre les changements climatiques est une comédie. Mardi matin, ce fut une blague de plus. J’en rigole encore.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.