Prudence, M. Couillard

Le premier ministre Couillard considère que le relèvement annuel du nombre d’immigrants de 50 000 à 60 000 personnes aurait pour effet de favoriser la croissance économique même si cette idée est contredite par plusieurs études d’économistes. Le premier ministre partage le point de vue du président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.


Si la position du premier ministre a été influencée par celle du patronat, j’aimerais lui rappeler les commentaires d’Adam Smith, qu’on ne peut soupçonner de tendances socialistes ou xénophobes, selon lesquels toute proposition venant de la classe des gens d’affaires avant de devenir une loi ou un règlement « doit toujours être reçue avec la plus grande défiance et n’être adoptée qu’après un long et sérieux examen, auquel il faut apporter, je ne dis pas seulement la plus scrupuleuse, mais la plus soupçonneuse attention ». L’intervention de François Legault, chef de la CAQ, était tout à fait justifiée et ne méritait pas d’être qualifiée d’intolérante par le premier ministre. Il est pour le moins excessif d’associer la plus élémentaire prudence à de l’intolérance.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Brigitte Garneau - Abonnée 16 mars 2016 14 h 43

    De la démocratie à la dictature

    Ou quand la tyrannie règne sans gêne! Ce gouvernement dirigé par des médecins est en train de nous rendre tous malades...Comment pourrons-nous nous occuper des nouveaux arrivants si nous n'avons plus les moyens de nous occuper de nous-même?