La liberté artistique

À Tout le monde en parle dimanche 28 février, il a été question de l’affaire Mike Ward. Au cours de la discussion, Jean-François Mercier a invoqué à quelques reprises la liberté artistique. Il faudrait peut-être préciser que la liberté artistique n’a rien à voir avec un droit quelconque d’insulter les gens. La véritable liberté artistique est celle qui permet aux artistes de critiquer des pouvoirs spirituels ou temporels en place, ou de s’en moquer, sans crainte de représailles.

À l’époque des monarques absolus, le fou du roi incarnait la notion de liberté artistique. Dany Turcotte aurait pu expliquer cette notion à M. Mercier.

6 commentaires
  • Hugues Savard - Inscrit 1 mars 2016 09 h 06

    La bêtise

    C'est comme si une chanteuse gueulait des fausses notes et des cris épouvantables pour s'en aller dire par la suite:"C'est la liberté artistique". Et bien dites donc!!

    Et bien ainsi soit-il: soyez libres chers humoristes, vous êtes libres de devenir des crétins si vous le souhaitez, et c'est simple vous n'avez qu'à continuer dans la même veine.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 2 mars 2016 07 h 28

      Si Mike Ward faisait ses blagues devant une salle vide, soit qu'il changerait de blagues ou qu'il changerait de métier. La balle est toujours entre les mains du public. Je ne crois pas qu'il soit «subventionné» à ce que je sache. Il a autant le droit d’expression que nous avons le droit de l’écouter… ou pas. S’il vend de la «bêtise humaine», il semble qu’il y ait «preneur». Posons-nous la question alors : Où va le blâme ? Celui qui vend ou celui qui achète ? Une chose est garantie : Une personne qui n’aime pas Mike Ward ne va pas à ses spectacles. Donc… ceux qui y vont ont droit à leur liberté d’expression autant que ceux qui n’y vont pas. C’est le «client» qui a raison et c’est lui qui dirige. Si Ward veut un jour élargir son public, il devra changer son discours. Il est libre de le faire… ou pas. Ne faite que l’imaginer devant un Juge qui trouve ses blagues drôles. Je vous le demande, sommes-nous rendu devant un État où le bon goût et le mauvais goût sont maintenant dicté par la jurisprudence ? À quand le retour de l’Inquisition ?
      (Non, je ne vais pas voir Ward, je le trouve trop vulgaire. Dans son «salaire» il n’y a pas de mon argent)

      (Pour les fausses notes, il y a encore Michel Louvain qui dure et qui dure et qui dure)

      PL

  • Bernard Dupuis - Abonné 1 mars 2016 11 h 31

    Liberté artistique ou idéologie inavouable?

    Mike Ward se dit totalement libre artistiquement de tout dire ce qui lui plait. Pourtant, pourquoi ne fait-il pas souvent de «blagues» sur la religion, sur les juifs, sur les noirs, sur les homosexuels? Pourquoi ne fait-il jamais de «jokes» sur les Anglais? C’est que justement, il a peur des représailles. Il existe chez les comiques (je vous fais grâce du mot «humoriste») de son genre une loi non écrite qui s’appelle la «rectitude politique».

    Toutefois, Mike Ward n’a aucune crainte de manquer de respect à l’endroit d’un enfant handicapé. Il semble plus facile de manquer de respect dans ce cas que dans le cas d’une femme qui porte le niqab. Pourquoi accepte-t-il que sa liberté d’expression se trouve limitée dans les cas ci-dessus? Peut-être est-il un partisan de la Chartre des droits et liberté de la personne, mais contre la Chartre des valeurs québécoises.

    Ce n’est pas que ce que dit Mike Ward est faux au sujet du petit Jérémy. Toutefois, pourquoi un tel manque de respect? La liberté artistique implique dans certains cas, comme «la critique des pouvoirs spirituels ou temporels en place», la moquerie irrévérencieuse. Il y a une signification à cette moquerie. On veut dénoncer quelque chose. Il est à noter que Mike Ward dénonce rarement les pouvoirs en place sauf s'ils sont souverainistes.

    Mais que signifient les «jokes» de Mike Ward au sujet du petit garçon handicapé? De deux choses l’une. Ou bien ce «comique» est totalement insensible et inconscient. Ou bien ce comique veut exprimer ses préjugés à l’endroit des gens handicapés. Veut-il qu’ils soient éliminés? Son discours sous-entend-il un eugénisme latent?

    Bernard Dupuis, 01/03/2016

  • Monique Boucher - Inscrite 1 mars 2016 21 h 38

    Ce qui m'effraie

    Ce qui m'effraie, ce n'est pas tant les propos disgracieux et complètement inutiles et vides de Mike Ward, c'est le fait qu'il y a du monde pour en rire... rire de ça? Il faut vraiment, mais vraiment, n'avoir rien à penser ni rien à dire...

    • - Inscrit 2 mars 2016 16 h 09

      On appelle ça des loosers. Des gens qui rient de "ce qu'ils croient" être plus faibles qu'eux alors que c'est eux les insignifiants.

    • - Inscrit 2 mars 2016 16 h 11

      ... assister à un show de Mike Ward c'est s'inviter soi-même à un dîner de con ! Pas brillant !