UberX reste un tricheur

Les taxis devraient pouvoir aussi moduler leurs revenus lors des périodes des Fêtes puisque plusieurs employés bénéficient de salaire horaire double ou triple pendant ces mêmes périodes afin de compenser financièrement le désagrément d’être de service alors que pratiquement toute la population est en congé. Du coup, les taxis seraient plus présents dans les rues, ce qui semble être un réel problème pendant le temps des Fêtes. Il reste qu’UberX est un tricheur, pas tant parce qu’il multiplie ses prix, mais bien parce qu’il agit en libertarien estimant qu’il n’est pas assujetti aux règlements contraignants entourant l’industrie du taxi.

On voit bien par cet épisode multiplicatif que l’industrie dite du partage n’a rien de charitable, comme le laisserait entendre leur appropriation de l’expression « partage ». En fait, l’industrie du taxi fait beaucoup plus partie de l’industrie dite du partage, car contrairement à UberX elle partage ses revenus avec l’État où vivent ses clients en payant ses taxes et ses impôts qui servent aussi à payer, faut-il le rappeler, ponts et routes. Il est là, le vrai partage.

En fait, UberX ne fait que partager taxes et impôts et obligations qu’elle ne paie pas ! Et comme de raison, une bonne partie de ce partage tombe dans ses poches, comme le confirme l’augmentation sans précédent de la capitalisation boursière d’Uber.

Ne dit-on pas que charité bien ordonnée commence par soi-même ?

1 commentaire
  • Benoit Thibault - Abonné 12 janvier 2016 09 h 52

    L'arroseur arrosé

    Toute cette histoire de surfacturation durant les fêtes me donne l'impression de voir l'arroseur arrosé.
    Je suis d'accord avec vous. Que les clients d'Uber ce réveil un petit peu.