Obligés de déjouer le système pour survivre

J’ai rencontré le grand amour à 70 ans. Je vivais en loyer à prix modique (HLM) et nous avons décidé de faire vie commune. Nous recevons tous les deux, après des années de dur labeur, le supplément du revenu garanti. Lorsqu’il est venu vivre avec moi, j’ai été amputée de plus de 400 dollars et lui de plus de 300 dollars, ce qui a soustrait de notre revenu plus de 700 dollars.

Devant cette situation, plusieurs couples doivent déjouer le système et chacun doit prendre son logement dans des loyers à prix modiques, afin de ne pas être amputé de son seul revenu et de pouvoir survivre. C’est la différence entre manger à sa faim ou non. Personne n’est gagnant. Occuper deux loyers à prix modiques pour un couple, alors que les listes d’attente s’allongent, ce n’est pas bon pour personne, mais le gouvernement est tellement devenu avare que c’est devenu pour plusieurs la seule façon de survivre et de manger à leur faim.

Je ne comprends pas que nous soyons pénalisés de 400 dollars par personne concernant le supplément du revenu garanti, qui est dévolu aux personnes qui vivent déjà dans un état de grande précarité, après des années passées à travailler, et que nous devions vivre si pauvrement, parce que nous avons choisi la vie commune par amour.

5 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 15 décembre 2015 03 h 12

    Pourquoi pas un revenu d'appoint

    La loi et les règlements font rarement dans la souplesse, une fois acquis faudrait-il en bénificier a vie, en fait nous parlons ici d'exceptions, je suis pauvre et agé j'ai droit a des revenus garantis, j'hérite et je deviens riche, je n'ai plus droit au revenu d'appoint, je suis seul et pauvre j'ai droit au revenu d'appoint, je décide de vivre en couple, mon sort s'améliore, ai-je droit au revenu garanti, le revenu garanti est un revenu d'appoint, exactement comme les autres revenus d'appoints, je crois que le mot garanti, induit les gens en erreur inutilement.

  • Yves Côté - Abonné 15 décembre 2015 03 h 55

    Handicap majeur de compréhension...

    Madame Pomerleau, pardon de ma franchise, mais les gens les plus démunis sont ceux qui ont le moins de pouvoir politique et économique.
    En cela, sauf pour de très rares exceptions, ces personnes n'ont aucune valeur pour celles et ceux qui ont pour objectif de se hisser et de se maintenir à la tête de nos gouvernements.
    C'est la raison principale pour laquelle les politiciens n'ont pas la motivation réelle de surmonter le lourd handicap de compréhension qui les habite depuis plusieurs décennies : celui de ne jamais avoir personnellement connu la pauvreté et le dénuement.
    Nous vivons une bien curieuse époque, je vous le dis : jamais nous n'avons été aussi riches au Québec et jamais nous n'avons été gouvernés par une bande inqualifiable et qui s'obstine à autant faire croire que les plus petits doivent se serrer la ceinture en premier, ou en exclusivité, parce que c'est leur faute si nous sommes dans le trou...
    Alors que plusieurs ne savent tellement plus quoi faire de constructif avec leur argent, qu'ils la gaspillent en inutilités !
    Pour ma part, n'étant rien ni personne non-plus pour ces gens qui se trouvent au pouvoir, n'ayant donc aucune autre capacité à répondre concrètement à votre cri du coeur qu'en vous écrivant un petit mot, sincèrement je souhaite, Madame, qu'avec votre compagnon, pour embêter les bourgeois, vous puissiez remplir votre vie de tendresse et d'amour.
    En particulier en une période de Fêtes, toujours autant significative pour qui possèdent tout de ce qui se ressent, bien que rien de ce qui se compte.
    Pour terminer, bien que ne vous connaissant pas, accepteriez-vous qu'en partage de sentiments et de véritables souhaits de Noël, je vous embrasse tous les deux ?
    Que vous acceptiez cette marque d'amitié me donnerait très égoïstement bien plus de satisfaction pour Noël, que nombre de souhaits de ces dirigeants-là qui se présentent en disant être nos représentants.
    Et particulièrement en cette année où ils ont montré à tous leur grande vacuité

    • Jacques Lamarche - Inscrit 15 décembre 2015 10 h 11

      Magnifique et édifiant!

    • Yves Corbeil - Inscrit 15 décembre 2015 15 h 28

      M.Côté merci, vous me touchez avec vos paroles du coeur. Je vous embrasse aussi tous les trois si vous permettez.

    • Yves Côté - Abonné 16 décembre 2015 02 h 09

      Vite, vite un calendrier !
      Doit y avoir quecqu'un qui se trompe ?
      Ah ! ben oui, c'est ça. Cette année, Noël m'est arrivé avec 10 jours d'avance...
      Messieurs Lamarche et Corbeil, le plus chaleureusement du monde, merci à vous d'avoir glissé une belle orange dans mon vieux bas de laine du pays, tricotée serrée !

      Tourlou !