Joindre les actes à la parole

Dans son édition du lundi 7 décembre, Le Devoir publiait une photo de « Philippe Couillard en compagnie d’Al Gore, ex-vice-président américain et militant pour le climat ». En fait, MM. Couillard et Gore se côtoient en regardant dans des directions opposées, contemplant sans doute des horizons bien différents. M. Gore y voit une planète décarbonisée, M. Couillard y voit sa popularité politique reverdie. Fin stratège, M. Couillard sait que l’exploitation pétrolière d’Anticosti ne se réalisera pas en raison d’un prix du pétrole bas pour l’avenir prévisible. Alors au lieu de simplement voir le projet ne pas se réaliser, pourquoi ne pas plutôt en tirer un avantage politique en faisant semblant de le refuser, même si dans les faits, son gouvernement lui autorise des essais de fracturation hydraulique à l’abri du BAPE.

À Paris, M. Couillard est applaudi par les grands alors qu’il vante la beauté du paradis naturel que représente Anticosti et s’interroge sur le bien-fondé de l’exploitation pétrolière. Il tente ainsi de faire oublier ici l’austérité libérale. Pourtant grand absent du programme du PLQ, cet élan vert a surtout, hélas, des allures de récupération sans conséquence. Pendant ce temps-là, à Québec, le ministre Poëti se comporte en ministre des Transports motorisés individuels, le ministre Arcand, des Ressources naturelles, affirme sans rire que nous allons accélérer l’extraction pétrolière et gazière tout en sortant le Québec des énergies fossiles et M. Heurtel ne sait plus quoi inventer pour soustraire le ministère de l’Environnement à ses responsabilités tandis que tous les signaux envoyés à l’industrie du pétrole, du gaz et des pipelines vont dans le sens d’une croissance encouragée par l’État. De retour au pays, M. Couillard devra maintenant joindre les actes à ses paroles, notamment en arrêtant tous les travaux à Anticosti, sans quoi ce virage vert n’aura été qu’un « photo op » comme les affectionnait tant M. Harper.

1 commentaire
  • Sylvio Le Blanc - Abonné 11 décembre 2015 18 h 04

    Bien dit !

    Bravo !