Affronter un ennemi déjà mort

Le terrorisme auquel l’Occident fait face s’apparente aux zombies des films d’horreur qui expriment en des termes fictifs notre véritable angoisse : affronter un ennemi déjà mort.

Le kamikaze est déjà mort. On ne peut le raisonner. Un soldat ne veut pas mourir, il cherche la meilleure tactique pour gagner son combat. Son ennemi peut anticiper ses mouvements et tenter lui aussi de s’en sortir. Ils parlent le même code, le même langage du combat et de la survie.

Mais ici, on fait face à un ennemi qui refuse de respecter ce qui constitue précisément les fondements d’une civilisation : un code, un langage. Le kamikaze ne parle plus, ne comprend plus, il est mort et entraîne par sa négation des codes et du langage l’effritement des piliers mêmes de la civilisation.

À voir en vidéo