Les musulmans canadiens devraient conduire la bataille idéologique contre les terroristes

Moins d’un an après les attaques de Charlie Hebdo, nous voyons encore des terroristes tuant des centaines de personnes innocentes à Paris en nom de l’islam. Ces types d’attaques continuent d’apporter une situation très difficile pour les musulmans du monde entier, surtout dans les pays comme le Canada. Nous devons encore une fois défendre notre foi contre cette violence et l’extrémisme. Les gens attendent de nous que l’on se distancie de cette idéologie barbare.

Même si cela est extrêmement regrettable, nous devons accepter que ces terroristes utilisent le nom de notre foi, l’islam, pour justifier leurs actes cruels. Nous savons que l’État califat se cache derrière le nom de l’islam pour atteindre ses objectifs politiques. Les garçons et filles musulmans sont attirés en Irak et en Syrie au nom du djihad islamique. Donc, au lieu de rester silencieux ou de cacher ma foi en ces temps troublés, comme un imam de la Jama’at Musulmane Ahmadiyya à Québec, j’essaie d’utiliser ces occasions pour expliquer aux gens les vrais enseignements pacifiques de l’islam.

Je pense que beaucoup peut être fait par les musulmans canadiens, non seulement pour effacer les craintes de grand public, mais aussi pour envoyer un message fort aux extrémistes. Je pense que c’est notre responsabilité de discuter avec les gens et de leur expliquer que l’islam interdit de tuer toute personne innocente. Je pense que, en tant que musulmans canadiens, nous devons conduire la bataille idéologique contre ces terroristes. Les musulmans canadiens devraient envoyer ce message que notre foi nous enseigne à avoir l’amour et la sympathie dans nos coeurs pour toute l’humanité.

De ma propre expérience, comme imam de la Jama’at Islamique Ahmadiyya, j’ai organisé une petite exposition à Sainte-Foy, à Québec, sur l’Islam après les attentats terribles sur notre Parlement l’année dernière. J’ai invité les gens dans un centre communautaire où ils pouvaient venir parler ouvertement aux musulmans. Nous avons reçu une réponse merveilleuse. Plusieurs personnes ont insisté pour nous parler, clarifier toutes les questions qu’elles avaient ou tout simplement pour nous témoigner leur appréciation pour ce geste. Donc, même s’il est vrai que cette terrible tragédie à Paris est extrêmement douloureuse pour tous les musulmans canadiens, et nous la condamnons sans réserve, elle représente également une chance de montrer au Canada notre détermination contre le terrorisme et le fanatisme.

5 commentaires
  • Louise Vallières - Abonné 17 novembre 2015 07 h 14

    En accord avec vous

    Merci pour votre commentaire. Je pense que les mulsulmans du monde entier doivent se positionner comme vous le faite. Cela crée des ponts entre nous et nous envoie comme message que vous aussi vous n'endossez pas ces gestes.
    Louise

  • Lise Bélanger - Abonnée 17 novembre 2015 09 h 07

    Le Coran interdit de tuer toute personne innocente: ceci est vrai. Mais une personne non musulmane, par ce fait même, n'est pas innocente selon le Coran. Petite nuance!Donc .....

    Peut-être une mentalité archaïque à modifier surtout si on veut vivre paisiblement avec des gens généreux, accueillant et respectueux de l'autre.

  • Hugues Savard - Inscrit 17 novembre 2015 09 h 25

    Oui

    Oui, les musulmans du monde entier doivent envoyer ce message. Car comme le disais si justement Gandhi à des gens qui le voulaient de leur côté de la foi: "Laissez-moi tranquille, je suis bouddhiste, chrétien, juif, hindou et musulman". Il y a un tas de gens qui croient que c'est un problème religieux alors que c'est un problème d'ignorance et de bêtises.

  • Manon Gingras - Abonnée 17 novembre 2015 10 h 47

    Merci

    Merci pour cet appel sans ambiguïté. C'est une position courageuse qui seule rendra possible que nous vivions côte à côte dans le respect mutuel.

  • Benoit Thibault - Abonné 17 novembre 2015 12 h 11

    Oui clair et fort

    Je partage entièrement votre point de vue et je souhaite que cela ce voit de plus en plus.