Le sexe et la politique

Le nouveau gouvernement Trudeau a tenu sa promesse : le conseil des ministres est composé de 15 femmes et de 15 hommes. Ou l’inverse, car je ne veux froisser personne.

Il existe deux sortes d’égalité chez les êtres humains : égalité mathématique et égalité proportionnelle. L’égalité mathématique ne fait que confirmer que 15 = 15. Que 32 = 32. L’égalité proportionnelle permet de dire que 2/4 égale 8/16. Une égalité mathématique ne donne pas nécessairement une égalité proportionnelle. L’égalité proportionnelle est aussi bonne que l’égalité mathématique.

Justin Trudeau semble avoir choisi l’égalité ou la parité femmes-hommes plus que l’égalité proportionnelle. Fallait-il plus d’hommes dans le nouveau gouvernement ou plus de femmes ? Je n’en sais rien. Peut-être que oui, peut-être que non.

La formation d’un gouvernement doit mettre en poste la compétence. S’il y a davantage de femmes compétentes que d’hommes, alors il faut que le gouvernement soit majoritairement composé de femmes compétentes plutôt que d’hommes incompétents. Si, par contre, il y a plus d’hommes compétents que de femmes compétentes formant la nouvelle députation, le chef ne doit pas hésiter à nommer davantage d’hommes compétents que de femmes incompétentes.

Je me fous qu’il y ait plus de femmes ou plus d’hommes dans un cabinet ministériel. La compétence doit primer le sexe. Si Justin Trudeau avait trouvé, tout en gardant la représentation régionale, 30 femmes plus compétentes que tous les hommes élus, il aurait dû former son gouvernement uniquement avec des femmes. Cela nous aurait-il rappelé la comédie L’assemblée des femmes d’Aristophane, mort en 392 avant Jésus-Christ.

Par contre, si la compétence s’était trouvée uniquement du côté des hommes, Justin Trudeau aurait dû prendre 30 hommes pour former son premier gouvernement.

Le 19 octobre dernier, je n’ai pas voté pour une femme ou pour un homme. J’ai décidé de mettre ma croix sur le ou la candidat(e) qui me semblait le plus compétent(e). La compétence n’est pas liée au sexe. Elle existe chez les deux sexes. Mais il ne faut pas en faire le critère premier pour donner le pouvoir à quelqu’un.

À voir en vidéo