Le gouvernement fédéral dans les infrastructures municipales?

Justin, ces dernières semaines, répète qu’il prévoit d’investir dans les infrastructures. Il y a quelques décennies, Jean Chrétien annonçait un investissement de 18 milliards pour financer des projets d’infrastructures municipales. De mémoire de contribuable, cela se passait ainsi : le gouvernement central crée un programme doté d’un fonds de 6 milliards pour financer des projets municipaux à condition que les provinces et les municipalités allongent chacune une somme de 6 milliards. Donc 18 milliards au total dans un champ de compétence qui n’est pas fédéral. Quel cadeau ! Ottawa déclenche ainsi une opération qui fait saliver les élus municipaux, le coût des projets étant ainsi réduit des deux tiers et force les provinces à investir leur part pour ne pas être accusées de leur refuser cette manne. S’en suivent des luttes épiques pour savoir comment seront gérés les fonds et qui évaluera les projets.

L’important dans cette opération, c’est qu’Ottawa en exerçant son pouvoir illimité de dépenser bouscule les priorités budgétaires des deux autres ordres de gouvernement, les oblige à investir et généralement à emprunter pour profiter de l’aubaine. Alors que les électeurs ont l’impression de recevoir des cadeaux, ils se retrouvent en fait avec trois factures de taxes, l’une d’Ottawa, une de leur province et une autre de leur municipalité. Il me semble qu’il serait plus simple de s’attaquer à la question du déséquilibre fiscal et de laisser chaque ordre de gouvernement gérer selon ses priorités.

À voir en vidéo