Le petit garçon sur la plage

Des milliers de petits garçons et de petites filles meurent par milliers, par dizaines de milliers, au Congo, à Gaza, en Iran, en Afghanistan ou au Soudan. Certaines images choquent, révoltent les opinions des pays occidentaux et puis l’on oublie. L’on oublie parce que ça ne nous touche pas profondément dans l’essence même de nos coutumes de notre culture.

Alors pourquoi cette image prend-elle une dimension aussi tragique dans nos pays ? Parce que ce petit garçon d’abord semble dormir, ce n’est pas vrai, il n’est pas mort, puis surtout, il est habillé comme le sont nos petits garçons, pas de djellaba, pas de haillons, pas de costume traditionnel, non, un short et une chemisette ou un polo rouge que l’on peut acheter chez La Baie ou Walmart. Ce petit garçon, c’est un membre de la famille, c’est notre fils, notre frère, notre chum à l’école.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.