cache information close 

Le Centre vide

J’ai toujours été très mal à l’aise avec les investissements publics qui visaient à donner un nouvel amphithéâtre à ma vieille capitale. J’ai ensuite été estomaqué de constater qu’on allait lui donner un nom d’entreprise privée. Un aveu, à mon sens, que l’argent des contribuables de la ville (50 % de la facture) et du Québec au grand complet (l’autre 50 %) n’aurait jamais dû y être dépensé. On prétendait que la bâtisse ferait apparaître L’équipe. Comme par magie.

Avec le recul, force est de constater que le nom choisi est tout à fait approprié : le Centre vide et otron. Il y a le Centre Bell et le Centre vide. Dans l’un, il y a une équipe et dans l’autre, il n’y en a pas. C’est pour ça, le Centre Vide. J’adore ! Et j’exprime le souhaite que ce nom, le Centre Vide, soit utilisé le plus souvent possible pour rappeler l’absurdité de cette dépense d’argent public.

2 commentaires
  • Richard Bérubé - Inscrit 28 août 2015 05 h 52

    Môssieur Desrosiers!

    Maudit que vous avez raison! Et l'actionaire principal (Princier) en remet en suggèrant que les Caisses d'économie étatiques pourraient bien participer au financement, mais à la condition qu'il demeure l'actionnaire majoritaire d'une éventuelle équipe professionelle de sport...et on coupe dans l'éducation????

    Une fois cela dit, il faudra bien un jour que le monde ordinaire se réveille, et réalise que c'est toujours et cela à travers le monde, les payeurs de taxes et d'impôts qui paient pour les oligarches (familles riches, banques , industries, Les Bigs---) soit pour leurs acquisitions ou paient pour leurs erreurs....si PKP veut tant une équipe de hockey et bien qu'il la finance avec ses propres deniers, ce qu'il aurait dû faire avec l'amphithéatre...mais les politiciens sont comme pris en otage par ces financiers...qui vous dit qu'une fois le club installé à Québec par le promoteur présent, et que ce dernier se tanne de cela ou voit une opportunité de gros profits en déménageant dans une autre ville, ou agit comme les anciens propriètaires des Nordiques, alors qu'adviendrait-il de la dette publique....

  • Christine Rychlik - Inscrite 28 août 2015 09 h 08

    Mauvaise cible

    C'est le désir de la population de la ville de Québec d'avoir leur "stade". Ce que les politiciens, par pur électoralisme, se sont empressés à pourvoir. Ce n'est pas le locataire, peu importe ce dernier, qui en est la cause.