Dans la poche de qui?

Les conservateurs, Gérard Deltell en tête, affirment continuellement qu’ils préfèrent que « l’argent soit dans les poches des citoyens plutôt que dans les poches de l’État ». En d’autres mots, ils achètent des votes avec des remises à court terme pour laisser les citoyens dans le trouble plus tard. D’ailleurs, en réponse au Directeur parlementaire du budget qui s’inquiétait de l’avenir des finances pour les plus jeunes, le ministre Joe Oliver a affirmé : « J’entends qu’en 2080, on aura peut-être un problème. Eh bien, pourquoi ne laissons-nous pas à la petite-fille du premier ministre le soin de régler ce problème ? » Quelle hypocrisie quand on pense que les conservateurs affirment qu’ils coupent dans les services publics pour ne pas handicaper les générations futures.

Mais qui est l’État ? L’État devrait être au service des citoyens et des citoyennes. Un instrument de solidarité et de redistribution de la richesse. Au contraire, les conservateurs veulent nous faire croire que l’État ne nous est pas utile. Que l’État, c’est pour les autres. Il est certain qu’à les voir gérer depuis qu’ils sont au pouvoir on pourrait le penser. Les conservateurs ont favorisé le démantèlement de l’État en coupant énergiquement dans les services aux citoyens et en diminuant considérablement les revenus. En neuf ans de pouvoir, les conservateurs ont diminué l’impôt des entreprises de 22 % à 15 %, soit une perte de 13 milliards de dollars par an. Ils ont privé l’État de plusieurs milliards en augmentant les limites des REER et des CELI, permettant ainsi aux plus riches d’économiser encore plus d’impôt. Pendant ce temps, sous prétexte de ne plus avoir les moyens, les conservateurs ont pénalisé les plus pauvres en retardant la pension de sécurité de vieillesse à 67 ans. La gestion conservatrice est clairement favorable aux plus riches, au détriment de la classe moyenne et des plus pauvres. Pour une société juste, égalitaire, solidaire au service de ses citoyens et de ses citoyennes, nous avons besoin d’un État qui se donne les moyens d’avoir de bons programmes sociaux. L’État doit redevenir un instrument démocratique, transparent au service des citoyens et des citoyennes.

1 commentaire
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 17 août 2015 07 h 19

    L’État au service des citoyens

    « L’État doit redevenir un instrument démocratique, transparent au service des citoyens et des citoyennes.»

    Ma question : Mais quand le fut-il ? Et par qui ? Je n'ai que 68 ans, je ne me souviens pas d'avoir vu ça quelque part, n'importe où et par qui que ce soit de mon vivant.

    Même si je fouille dans ma mémoire «historique», après les chefs de tribu chasseurs-cueilleurs, je ne trouve toujours pas.

    Malgré que… ce discours est éternel, mais malheureusement, jamais temporel. Il ne fait toujours parti que des «vœux pieux» toujours juste un peu plus loin que l’horizon qui recule constamment. Ou dans un Éden qui déjà fut (supposément).

    Bonne journée.

    PL