Un évident manque de jugement

Le premier magistrat de Montréal détruit une installation de Postes Canada. Le geste est non seulement illégal, mais il donne un fort mauvais exemple : il s’agit de prendre la loi en ses mains, d’utiliser la force brute et de crier victoire. Au diable la loi et l’État de droit ! Avis à tous les contestataires de quoi que ce soit, y compris policiers et pompiers ! Le maire Coderre vient de monter publiquement les limites de sa compétence : tout juste assez bon pour être ministre junior d’un gouvernement fédéral.

14 commentaires
  • Richard Bérubé - Inscrit 15 août 2015 07 h 03

    Peut-être qui si Poste Canada!

    Comme l'a expliqué le Maire Denis Coderre, si Poste Canada suivait les plans d'urbanisation de la ville, et ne foutait pas ses installations à la qui-mieux-mieux, il n'y aurait pas eu de heurts....Denis Coderre a été élu par les gens de la ville de Montréal pour gèrer la ville de MOntréal et je pense qu'il le fait un sacré boutte mieux que plusieurs de ses prédécesseurs...si Poste Canada veux implamter ses boites de courrier, qu'elle demande à la ville ou elle peut le faire....les municipalités sont gèrées par les gouvernements municipaux, pas par Ottawa...bravo Denis Coderre pour votre prise de position....

  • Pierre Bernier - Abonné 15 août 2015 07 h 56

    Tout juste...!

    Tout juste assez bon pour être ministre junior d’un gouvernement "libéral" au fédéral !

    Gouvernement qui fait voter la Loi sur les Postes... et "ridicule député libéral" qui l'appuie sans l'avoir lu ?

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 15 août 2015 09 h 15

    Premier magistrat

    D'un autre côté, s'il est «premier magistrat», il a droit de regard sur ce qui se passe sur le territoire dont il est responsable. Ce geste que vous décriez n'est pas le «premier» geste posé, il est le «dernier». On aura beau aimer se promener dans les coulisses du pouvoir et se faire enterrer par les procédures (et Post Canada y est passé maitre), un m'ment donné, si tu veux que quelque chose se passe, tu dois mettre ton pieds à terre. Et son poste de ministre junior d’un gouvernement fédéral lui a montré tous les détours par où il pouvait être promené interminablement. Les seuls qui pourraient encore profiter de cette façon de faire sont les avocats.

    Il ne veut plus jouer. À partir d'aujourd'hui, les avocats passent «après» le Maire «élu» à Montréal. Le département de la Justice n'est pas au «Pouvoir».

    Bonne journée.

    PL

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 15 août 2015 11 h 43

    La désobéissance civile, un acte toujours répréhensible ?

    L’appel de M. Lebel pour le respect de la loi et de l’ordre devrait être un peu plus nuancé.

    La loi fédérale qui interdit qu’on s’attaque aux installations de Postes Canada vise à protéger les installations de cette compagnie, responsable d’un service public essentiel.

    En accordant des pouvoirs absolus à cette entreprise _privée_, le législateur compte sur le jugement de ceux qui la dirigent pour qu’ils tiennent compte de l’intérêt public dans l’accomplissement de leur tâche.

    Pour mettre fin à la livraison du courrier à domicile, est-ce que Postes Canada serait justifiée de poser ses boîtes postales de manière à empêcher le déneigement des trottoirs, à violer les règlements de zonage, et à défigurer nos parcs ?

    Évidemment pas.

    Par conséquent, le geste de désobéissance civile du maire de Montréal — enlever une dalle de béton — est aussi spectaculaire qu’insignifiant. Personne n’en est mort et Postes Canada devra couler une autre dalle de béton ailleurs.

    Cette désobéissance souligne l’écart entre la légalité et la légitimité.

    Contrairement à ce que semble penser M. Lebel, la désobéissance à la loi est pratiquée par les gouvernements supérieurs plus souvent qu’il le pense. Je me ferai un plaisir de lui en fournir des exemples s’il me le demande.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 15 août 2015 13 h 37

      Je peux ajouter que Post Can n'a pas fait de grandes études environnementales pour placer ses boites. Je m'en suis rendu compte hier quand j'ai entendu à la télé que certain clients devaient traverser une autoroute à 6 voies pour aller chercher leur courrier. C'est un peu «léger» comme réflexion. Pourquoi n’en ai-je entendu parler qu’hier de cette aberration ? C’est criminel que de mettre ses clients en péril.

      PL

  • Michel Lebel - Abonné 15 août 2015 12 h 03

    La loi et l'image!

    Un étudiant en droit, dès sa première année d'étude, apprend deux principes; le premier: personne n'est au-dessus des lois; le second: nul n'est censé ignorer la loi. Tout premier magistrat d'une ville devrait savoir cela. De plus, le maire Coderre connaît fort bien la force d'une image: elle vaut mille mots! Je prédis que cette image de démolisseur va lui coller à la peau, pour son bonheur comme pour son malheur.


    Michel Lebel

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 15 août 2015 20 h 20

      ...image de démolisseur ou image de Robin des bois ?

      Personne n'a jamais été ostracisé à être un defenseur du peuple... même si cela choque les bien-pensants.

    • François Dugal - Inscrit 15 août 2015 22 h 18

      1- les personnages politiques qui nomment les juges sont au-dessus des lois.
      2- celui qui peut se payer le meilleur avocat en ville peut ignorer la loi.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 17 août 2015 07 h 26

      Me vient à l'esprit ce maire de Montréal qui fut jeté en prison pour désobéissance civile. Son nom ne me revient pas, mais il fut le premier.

      Les Juges ne sont vraiment pas au «Pouvoir». Ils ne sont même pas «élus» et leur travail n’est pas de représenter la population.

      Chaque chose à sa place.

      PL