Hiroshima: ne pas oublier

Il y a exactement 70 ans, une affreuse bombe atomique anéantissait la ville d’Hiroshima, faisant des milliers de morts. Horrible geste de guerre qui devait se répéter sur la ville de Nagasaki quelques jours plus tard. En tout, 200 000 morts civils !

Cela devait mettre fin à la guerre quelques jours plus tard. Le soldat japonais était alors prêt à mourir plutôt que de se rendre. Qu’en aurait-il coûté en vies humaines (japonaises et américaines) si la guerre s’était poursuivie « normalement » ?

Dans les mois précédents, les îles japonaises d’Okinawa et d’IwoJima (île de 20 km2… le Japon en a 380 000 !) avaient été conquises par les Américains : coûts en vies humaines pour les Japonais, 130 000 soldats et 100 000 civils ; du côté américain, environ 21 000 soldats morts au combat et encore plus de blessés. Imaginez un « débarquement » au Japon. Maléfiques et inacceptables statistiques, me direz-vous, comme s’il fallait anéantir absolument ces deux villes !

Peut-être fallait-il ces deux malheureuses hécatombes planifiées pour réellement prendre conscience et ne jamais oublier la puissance destructrice qu’aurait une guerre nucléaire ? Une nouvelle guerre commençait alors, soit la « guerre froide » avec l’URSS. Une nouvelle course commençait aussi, celle de l’arme nucléaire. L’URSS ne devait l’avoir qu’en 1949, soit quatre ans après les États-Unis.

Ces deux hécatombes de 1945 nous ont peut-être évité une guerre nucléaire totale avec le monde communiste. Rappelons-nous ces missiles nucléaires installés sur l’île de Cuba dans les années 60, à moins de 100 km des États-Unis.

Qu’auraient fait Hitler, Staline ou Mao en possession de la bombe nucléaire ? Apprécions malgré tout le fait que ce soient les États-Unis (notre voisin) qui l’aient eue les premiers sans jamais l’utiliser par la suite. En 1949, l’URSS (avec Staline comme chef) devenait la deuxième puissance nucléaire de la planète. Staline, vous connaissez ?

À voir en vidéo