Encore des soignants par vocation, les pharmaciens et les médecins ?

Le 8 juillet 2015, le journal Le Soleil rapportait en page 28 que les pharmaciens propriétaires des pharmacies Jean Coutu et d’autres pharmaciens propriétaires ne sont pas du tout heureux de la décision du gouvernement du Québec d’imposer les médicaments génériques pour les patients, médicaments moins dispendieux. Le seul but des médicaments n’est-il pas de soigner ?

Y a-t-il encore des jeunes qui choisissent le métier de pharmacien comme celui de médecin par vocation, c’est-à-dire pour soigner et soulager, ou est-ce que le capitalisme outrancier ne transparaît pas ici ? Les pharmaciens propriétaires Jean Coutu ont déclaré des profits de 712,4 millions de dollars sur une période de 13 mois.

Pourquoi est-ce que nous, petits payeurs de taxes et d’impôts devrions payer les médicaments les plus dispendieux à des gens déjà avantagés financièrement dans notre société, soit les médecins et les pharmaciens propriétaires, alors que nous pouvons acheter des médicaments beaucoup moins dispendieux et tout aussi efficaces ? […]

Être des sauveurs de vies humaines est beaucoup plus gratifiant que d’engranger le plus d’argent possible aux frais des contribuables.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.