Les femmes en politique

Lettre aux chefs des partis politiques fédéraux

Les femmes ont obtenu le droit de vote au Canada en 1918 et d’éligibilité à titre de candidates en 1920. Or, 95 ans plus tard, elles n’occupent que 25 % des sièges à la Chambre des communes, plaçant le Canada au 46e rang au palmarès mondial derrière la Suède (5e), le Mexique (16e) et l’Irak (43e). Que font les chefs de parti pour régler cette iniquité ?

Plusieurs études, dont fait état Manon Tremblay, politologue réputée de l’Université d’Ottawa, dans son livre 100 questions sur les femmes et la politique démontrent que ce sont les partis politiques qui détiennent la solution à la sous-représentation des femmes dans les Parlements, car l’électorat n’est pas sexiste. En effet, ceux-ci ne sélectionnent pas suffisamment de femmes, ou bien celles qui le sont ont peu de chances d’être élues étant dans des circonscriptions « non gagnables ». Plusieurs partis politiques se donnent des cibles dans la plupart des cas non contraignantes puisqu’elles ne sont pas inscrites dans leurs statuts. […]

À l’occasion de la présente campagne électorale, le Groupe Femmes, Politique et Démocratie, un organisme non partisan d’éducation à l’engagement citoyen, exhorte les chefs des partis politiques fédéraux à faire preuve d’une réelle volonté politique pour régler dès maintenant la déplorable sous-représentation des femmes au Parlement fédéral. Est-il trop tard pour vous présenter devant l’électorat avec une équipe composée à parts égales de femmes et d’hommes tout aussi dynamiques les unes que les autres ? Certains partis s’en approchent déjà. Nous vous y encourageons fortement et nous suivrons avec grand intérêt les efforts concrets que vous et votre parti mettrez en oeuvre pour atteindre la juste représentation des citoyennes et des citoyens du Canada.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Guy Lafond - Abonné 2 juillet 2015 05 h 58

    Équitable et juste


    Des chances égales pour tous!

  • Johanne St-Amour - Abonnée 2 juillet 2015 09 h 07

    D'accord!

    Je suis d'accord avec vous, Mme Paradis. Il est plus que temps que les partis fassent tout ce qui est en leur pouvoir afin d'avoir une représentation équitable des femmes au niveau de toutes leurs instances.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 2 juillet 2015 09 h 33

    Les femmes ont obtenu le droit de vote au Canada

    S'cusez madame, mais les femmes n'ont pas «obtenu» le droit de vote, elles ont combattu et elles l'ont «gagné». «Obtenu» semble signifier du passif. Ce qui est arrivé est tout à fait le contraire; elles ont pris «action». Elles n'ont «attendu» personne. Je suggère que pour la politique actuelle, elles fassent le même cheminement «Qu'elles se présentent».

    Si vous rencontrez obstruction, avertissez nous; nous réagirons comme il se doit.

    Mon message finalement ? N'attendez pas d'invitation, prenez votre place comme vos aïeules l'ont fait. Un siège en «cadeaux» n’a pas de poids.

    Personne n'a plié devant Mme Wynn parce qu'elle était «une femme» et seulement parce qu'elle était «qu'une femme».

    Conjuguez le verbe «faire» au lieu du verbe «être».

    Bonne journée.

    PL

  • Normand Chaput - Inscrit 2 juillet 2015 11 h 32

    rien ne sert de chiâler, il faut se présenter

    Vous soutenez qu'il y aurait des gros méchamts messieurs qui empêcheraient les femmes de se faire élire. Mais présentez-vous.

    En passant ça manque aussi de noirs, de nains, de bossus et de transgenres. C'est probablement la faute de ces gros méchants.

    Il y en aura pas de facile.

  • Yvon Bureau - Abonné 2 juillet 2015 11 h 50

    Et si chaque parti

    présentait une femme et un homme dans chaque comté?
    Les 2 élus du parti gagnant se partagerait le travail et dans le comté et au parlement.
    Au parlement, il n'y aurait qu'un siège qu'il partagerait (pas en même temps!) et qu'un droit de vote.

    Utopique? Bien sûr! L'utopie précède souvent une réalité nouvelle.