Desjardins en pleine «rationalisation»

À Mme Monique F. Leroux,

Présidente du conseil d’administration et chef de la direction de la Caisse centrale Desjardins

Jusqu’au 5 juin, à l’hôpital de Gatineau, la Caisse Desjardins y tenait un guichet automatique. Il est remplacé par une ATM (pour Automated Teller Machine, et non un GAB, ou guichet automatique bancaire), où on doit débourser 2 $ pour en obtenir 20 ! Sa tendance est de servir en anglais, bien sûr.

À côté, un large panneau nous explique que, dans un geste de rationalisation des effectifs, la direction a procédé à ce changement depuis que Desjardins s’est retiré de l’hôpital de Hull. Voilà comment un établissement public québécois rationalise ses activités à partir de la logique d’un mouvement coopératif déconnecté de sa population.

Deux organisations nous apprennent comment ne pas vivre ensemble, mais nous soumettent à des impératifs financiers fabriqués. Il faudra m’expliquer la différence entre la rationalisation et l’austérité. Où se trouve l’espace culturel qui justifiait votre présence ? Soyons rationnels au « boutte » : que des hôpitaux privés et des banques ! Vous faites figure d’anachronisme dans un paysage vendu aux accommodements insipides, aux rires gras et à la médiocrité si largement partagée. Il faudrait peut-être sortir vos idées racornies des boules à mites et leur faire prendre l’air frais des idées souveraines.

9 commentaires
  • Gérard Raymond - Abonné 13 juin 2015 06 h 07

    Coopération ?

    Les fermetures de guichets et de centres de services sont une des raisons pour lesquelles j’entends transférer une partie de mes affaires à la Banque Laurentienne. Pourquoi à cette banque ? Parce que c’est celle où les hauts dirigeants sont très nettement plus modestes en matière de rémunération des leurs.

    Parmi les autres raisons, il y a la forte impression de déranger quand, chez Disnat, on demande un service qui sort des règles établies et/ou, plus simplement encore, soit d’être rappelé au lieu d’être obligé à de longue mise en attente téléphonique, moment durant lequel on est soumis à une musique agressante en nature et en volume (donnant le goût de raccrocher).

    Ayant fait affaire avec la plupart des banques, je ne vois plus vraiment de différences significatives entre elles et Desjardins. Dommage !

    • Dany Jadot - Inscrit 13 juin 2015 09 h 14

      M. Raymond,

      Il faudrait cesser ce "Desjardins-bashing" que je vois quasiment tous les jours un peu partout. Saviez-vous que Desjardins était l'institution avec le plus de points de service au Québec? Connaissez-vous les vraies raisons qui ont motivé le retrait de ce guichet de l'hôpital avant de blâmer Desjardins? Avez-vous été affecté personnellement par la fermeture d'un point de service ou le retrait d'un guichet?

      N'importe quel commerçant qui ne fait pas ses frais finit par fermer ses portes. Avec 15-20 transactions par jour à traiter alors que tu dois payer tes employés un salaire décent (pas sûr que c'est toujours le cas à la banque...) et les frais pour l'immeuble (chauffage etc.), vous m'excuserez, mais ça ne vaut pas la peine de demeurer ouvert, surtout lorsqu'il y a un autre point de service à côté d'une épicerie/pharmacie où tout le monde va à toutes les semaines.

      Sachez également que l'ancien président de Banque Laurentienne, Réjean Robitaille, a gagné beaucoup plus en 2014 que Monique Leroux.

      Pour toutes ces raisons, les réactions comme la vôtre me semblent bien injustifiées et cette sorte de vengeance/rancune contre Desjardins, un mouvement qui contribue énormément à tenir le Québec à flot avec des emplois de qualité, m'apparaît déplorable.

  • Lise Bélanger - Abonnée 13 juin 2015 08 h 49

    Je trouve très désolante la situation dont vous nous faites part.

    N'y-a-t-il pas moyen de mobiliser les gens, de l'hôpital et Gatineau également afin de remplacer ce service ATM et revenir à la Caisse Desjardins?

    Ce ne sera pas facile mais certainement faisable.

  • François Dugal - Inscrit 13 juin 2015 10 h 20

    Madame la présidente

    Il ne faut pas également oublier que madame la présidente Leroux reçoit des émoluments d'environ 3,3 millions de dollars; Voilà le salaire d'un esprit supérieur.

  • Yves Corbeil - Inscrit 13 juin 2015 10 h 43

    Le nerf de la guerre le profit

    Le service aux populations est un peu plus bas dans toutes les équations de notre ère, les motivations du mouvement de M. Alphonse Desjardins sont d'une autre époque. Et avant longtemps tout se fera virtuellement avec votre montre, cellulaire ou tablette. Donc nous les vieux on remettre ça sous le matelas comme ça on perdra pas continuellement nos maudits mots de passe.

  • Gilles Théberge - Abonné 13 juin 2015 10 h 49

    Qu'est-ce qu'elle en a à cirer?

    Un bon matin si elle reste agrippée à son siège, Desjardins va devenir Desjardins/Garden...

    Elle n'en a rien à cirer de vos inquiétudes, qu'elles soient monétaires ou culturelles. Elle les méprises c'est très clair je n'ai jamais entendu dire qu'elle s'en souciait.