Laliberté en panne d’inspiration

Guy Laliberté, fondateur du Cirque du Soleil, se propose de mettre en place sur l’île Sainte-Hélène un projet centré sur la mort, les rites funéraires de par le monde et les nouvelles approches de ce qui constitue pour chacun d’entre nous notre fin dernière. Je suis encore abasourdi d’un tel manque d’inspiration de la part d’un milliardaire qui a vu tant de choses en parcourant et en survolant la planète entière.

Lui qui a conçu et mis en place l’un des plus splendides cirques du monde en est rendu à rêver de devenir l’un des plus grands directeurs de pompes funèbres de la planète. […]

De grâce, il faut absolument que le directeur de l’Institut du Nouveau Monde prenne en charge Guy Laliberté et lui propose un nouveau projet. Le Québec et l’humanité, menacés qu’ils sont chaque jour d’apocalypses les plus diverses, ont besoin d’autre chose qu’un musée sur la mort et les rites funéraires.

À titre de proposition, pourquoi ne pas puiser à même la vie et notre propre histoire ? Pourquoi ne pas concevoir un projet d’envergure inspiré de ce qui s’est avéré un franc succès ? Revenir au thème de Terre des Hommes à l’origine de l’Expo 67. Refaire des grandes îles un lieu d’accueil non pas ponctuel, mais permanent pour les peuples de la Terre.

Concevoir un projet d’affaires plus concentré et offrir à la Terre entière un spectacle permanent ainsi qu’un lieu de convivialité et d’information sur ce qui se trame de meilleur à travers les cultures les plus diversifiées. Il y a là un concept dynamique à approfondir, à réaliser et à répandre en collaboration avec les gouvernements de Québec et de Montréal. En deux mots : opter pour la vie et non pour la mort.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

9 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 29 mai 2015 07 h 14

    Un mauvais projet

    Montréal, ville qui serait mondialement connue comme étant la ville des pompes funèbres! Vraiment! Qulle belle carte de visite! Ce projet de Laliberté est à rejeter! Optons plutôt pour la vie, la culture de mort étant déjà suffisament présente dans nos sociétés occidentales.


    Michel Lebel

  • Pierre M de Ruelle - Inscrit 29 mai 2015 07 h 17

    Que rajouter de plus?

    Oui mais les Égyptiens a cause de leurs rites funéraires ont bati des Pyramides qui se révèlent plus de 4,000 ans après un pole touristique mondial, attirant des millions de touristes...Donc a savoir ?

    • Yves Corbeil - Inscrit 29 mai 2015 10 h 46

      Oui M. De Ruelle, mais nos politiciens dans une pyramide pas sûre que ça serait vendeur non plus.

    • Pierre M de Ruelle - Inscrit 29 mai 2015 13 h 56

      Mr Corbeil,
      J'adore que je n'y avais pas pensé...elle est drole et à point votre réponse, bon week-end.

  • Pierre M de Ruelle - Inscrit 29 mai 2015 07 h 49

    Prise 2

    J'oubliais aussi le Taj Mahal aux Indes, le Panthéon a Paris, Les catacombes...donc le business de la mort ce n'est pas si nul que cela!!!!

  • Christian Montmarquette - Abonné 29 mai 2015 08 h 12

    Projet Pangéa : Le retour des enveloppes brunes?


    Je vous donne «100%» raison là-dessus Monsieur Gariépy.

    Le «Projet Pangéa» de notre nez-de-clown national est d'une sordidité absolue.

    La seule explication possible de la mise sur pied d'un dépotoir d'animaux sur un site historique et un parc public, est bien évidemment «la cupidité».

    Et en ce qui me concerne, cette proposition de cimetière aussi saugrenue qu'inappropriée, laisse malheureusement fortement croire au retour des enveloppes brunes à la mairie de Montréal.

    Christian Montmarquette

  • Denise Lauzon - Inscrite 29 mai 2015 08 h 18

    Une bonne suggestion pour Guy Laliberté et pour les plus fortunés de ce monde


    Si j'avais la fortune de Guy Laliberté, ou de Bill Gates, ou de Warren Buffet et d'autres multi-millionnaires et multi-milliardaires de ce monde, j'achèterais le maximum de forêts partout dans le monde où celles-ci sont surexploitées et qui risquent de disparaître.

    Pourquoi toujours avoir en tête de faire fructifier son argent quand on est déjà super-riches? Il me semble que rendu sur le point de mourir - parce qu'on va tous mourir un jour - en pensant qu'on a contribué à sauver d'immenses forêts et la faune et la flore qui s'y rattachent pourrait permettre de partir avec la satisfaction d'avoir contribué à une grande œuvre.