«Nous sommes toutes et tous des organisateurs de la grève sociale du 1er mai»

La grève sociale,  contre les compressions budgétaires du gouvernement Couillard,  a été votée par 30 cégeps. Aujourd’hui,  six enseignants du Collège de Rosemont sont sanctionnés comme si les protestations contre les politiques d’austérité néolibérales étaient l’affaire de quelques personnes. Nous savions,  en votant la grève pour le 1er mai,  qu’elle serait considérée illégale par le gouvernement,  qui a d’ailleurs saisi la Commission des relations de travail à cet effet. Mais la grève sociale est légitime et doit même être considérée légale! 

Nous avons le droit de protester contre les politiques d’austérité du gouvernement! Aucune sanction ne doit être prise contre les enseignants de Rosemont. 

La grève sociale du 1er mai a été votée démocratiquement en assemblée générale. Nous n’acceptons pas que l’on fasse des exemples.

Nous les signataires,  professeures et professeurs de cégeps, nous nous déclarons co-organisateurs et co-responsables de la grève qui s’est déroulée dans les cégeps, que l’établissement ait été fermé ou non. Nous exigeons que les sanctions dirigées envers nos camarades soient levées. Nous dénonçons la judiciarisation en cours des conflits,  qui vise à réprimer les luttes sociales et à museler l’opposition démocratique à des politiques qui accroissent les inégalités,  s’attaquent aux plus démunis et remettent en cause l’existence d’une santé et d’une éducation de qualité et accessibles à toutes et tous.

Nous déclarons que nous revoterons la grève sociale si besoin.


526 signatures à ce jour de professeur-e-s des 30 CEGEPs ayant voté la grève
2 commentaires
  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 17 mai 2015 00 h 10

    À vous les professeur-e-s

    C'est mon appui que vous avez aujourd'hui...appui à ceux qui "paient la note" salée que les "affairistes" de l'austérité du gouvernement Couillard et Cie leur ont imposée..."note" que leurs étudiants devront payer également, par ricochet.

    Je déplore le fait que les citoyens du Québec ne soient pas descendus dans la rue
    avec vous...en plus grand nombre.
    Comme plusieurs l'on fait en 2012....

    Le 1er mai est reconnu de par le monde comme journée de la fête du travail.
    mais ici au Québec, nous avons eu droit à la répression gouvernementale et celle,
    semble-t-il, de la direction d'un CÉGEP.

    Que 526 professeur-e-s se disent solidaires avec les "présumés" fautifs est tout à votre honneur.

    Le besoin est là...il vous réclame et nous interpelle.

  • Robert Bérubé - Abonné 17 mai 2015 06 h 49

    Le droit de refuser l'inacceptable...

    Bravo! pour cette belle solidarité. Il faut maintenant que les groupes sociaux et le mouvement syndical dénoncent en bloc ce gouvernement qui utilise les tribunaux et la police pour museler l'oppinion publique. Malheureusement dans notre système démocratique, la contestation soutenue est la seule façon de stopper, sinon de faire reculer ce gouvernement en attendant les prochaine élection...

    Robert Bérubé,
    Saint-Lambert (Mtl,QC)