Immobiles et silencieux

Faute d’arguments scientifiques solides pour justifier la mise au ban de la vapoteuse, la ministre déléguée à la Santé invoque le principe de précaution. On aimerait bien voir cette même vertu de précaution être appliquée aux OGM ou encore dans des gestes concrets qui permettraient à des enfants d’avoir un déjeuner décent ou encore de la nourriture acceptable dans les cafétérias.

Les ayatollahs n’arrêteront jamais. Jamais. Même si beaucoup de médecins voient dans la vapoteuse un excellent adjuvant à la cigarette, même si beaucoup de gens ont arrêté de fumer grâce à la vapoteuse. Même si elle peut facilement ne contenir aucune nicotine.

Ils demeurent immobiles et silencieux devant des enfants qui ne mangent pas le matin ou encore devant des tonnes de denrées hybrides aux risques inconnus ingurgitées quotidiennement. Au fond, c’est tellement plus dégueulasse de la fumée dont on ne sait rien, n’est-ce pas ? C’est contre ça que l’on doit agir au plus vite.


 
6 commentaires
  • Pierre M de Ruelle - Inscrit 8 mai 2015 06 h 24

    Bien écrit, simple et direct!

    Voila ou votre expression show de boucane ( dans votre belle province) trouve tout son sens!
    D'accord sur toutes les analogies citées dans votre texte. Mais comment faire pour etre entendu?

  • J-F Garneau - Abonné 8 mai 2015 09 h 24

    Argument fallacieux

    Il est vrai que l'on peut toujours ramener n'importe quel débat à: "imaginez! le gouvernement fait (insérer ici décision avec laquelle vous n'êtes pas d'accord) et pendant ce temps des enfants ne mangent pas à leur faim" , on peut aussi remplacer les enfants par "les vieux souillent leur lit dans les CHSLD" ou autre argument pour détourner l'attention et faire des équations intellectuellement malhonnêtes.

    D'appliquer les mêmes règles à la cigarette électronique qu'à la cigarette ne fait de mal à personne. Une personne en voie d'arrêter de fumer par remplacement de sa cigarette par une e-cigarette devra se priver le temps d'un souper au restaurant... Bou hou hou, faites moi pleurer.

    Les gens peuvent continuer "d'arrêter de fumer grâce à la vapoteuse" comme ils veulent. Chez eux. Chez leurs amis. Partout ou, de toutes façons ils pourraient fumer leur cigarette. Ni plus, ni moins. Cela ne m'apparait pas "ayatolesque" comme geste. Juste le gros bon sens.

    L'utilisation de la cigarette par les adolescent est à son point le plus bas depuis qu'on tiens des statistiques, soit 1975. Cependant, le nombre d'adolescent s'adonnant à la e-cigarette a doublé depuis 2011! Il y a 250 fabricants de e-cigarettes aux Etats Unis seulement. Les e-cigarettes continennent de la nicotine. On peut maintenant acheter sur le marché noir du liquide à e-cigarette avec du THC.

    Si je suis d'accord avec vous qu'il est inacceptable que des enfants n'aient pas de déjeuner, soyez intellectuellement honnête avec votre raisonnement, et admettez qu'une fois nourris, ce n'est pas une meilleure idée de laisser l'industrie de la e-cigarette faire ce qu'elle veut avec des budgets immenses de marketing afin de convaincre nos enfants de vapoter.
    Réglementer comme pour la cigarette ne changera rien à ceux qui considèrent la e-cigarette un bienfait, mais évitera de créer un nouveau marché. Chez les enfants.

  • Yves Corbeil - Inscrit 8 mai 2015 09 h 35

    Comme vous dites

    Immobiles et silencieux, il n'y a plus d'abonné au numéro que vous avez composé. C'est exactement ça les gens qu'on élit au quatre ans, la ligne fonctionne le temps d'une campagne après on ferme le réseau et on continue comme avant, pour les mêmes.

  • jean dubuc - Abonné 8 mai 2015 18 h 36

    Contradiction ?

    Il apparaît une incohérence dans ce projet à propos de la cigarette électronique en ce sens que cet appareil est incontestablement l’objet anti-tabac par excellence, l’invention qui constitue la menace la plus sérieuse à l’usage du tabac et cette efficacité se confirme de jour en jour. Bien entendu, la vapoteuse n’est pas sans inconvénients qu’il importe de connaître le mieux possible, mais ceux-ci ne sont nullement comparables à ceux du tabac. Ainsi, de considérer de la même manière une chose et une autre chose qui s’y oppose, soit une chose et son contraire, constitue une contradiction.
    L’usage de la cigarette électronique détruit l’usage du tabac et, ce faisant, amoindrit sérieusement les recettes en taxe sur le tabac qui se chiffrent autour de 8 milliards de dollars par an au Canada. Or, en incluant la cigarette électronique dans la catégorie « tabac », on comprend qu’il sera alors possible d’y appliquer les mêmes taxes que sur le tabac de façon à maintenir cette « richesse ». Cette démarche s’inscrit donc de façon tout à fait cohérente dans l’approche habituelle envers le tabac et, surtout, ceux qui en font usage.
    Par ailleurs, le terrain de la lutte contre le tabac constitue une niche commerciale qu’occupaient exclusivement jusqu’à maintenant que quelques compagnies pharmaceutiques. On découvre que les milligrammes de nicotine qu’ils incorporent dans leurs produits se vendent environ dix fois plus cher que ceux qui sont incorporés dans les liquides de vapoteuse. Ces compagnies ont donc complètement « échappé » une belle opportunité commerciale. Avec une règlementation bien contrôlée de la cigarette électronique on peut maintenant espérer que certaines lacunes des appareils et des liquides seront mise à jour par des chercheurs chevronnés à la solde des gouvernements, et que ces lacunes pourront être corrigées par d’ingénieuses inventions que d’autres chercheurs à la solde de compagnies pharmaceutiques auront découvertes. On aura bien pris soin de br

    • jean dubuc - Abonné 8 mai 2015 20 h 48

      suite ...On aura bien pris soin de breveter ces inventions qui seront les seules autorisées sur le marché, mais dix fois plus chères afin, toujours, de créer de la richesse.
      Donc, dans la perspective de la santé et du bien-être public, ce projet de loi est contradictoire mais pas dans la perspective de la création de richesse.
      Ainsi, il n’y a toujours rien de nouveau sous le soleil.

    • J-F Garneau - Abonné 9 mai 2015 02 h 50

      Bravo pour aider les fumeurs à arrêter. Mais je vous invite à regarder les statistiques sur les adolescents et leur usage de la cigarette electronique, qui a déjà doublé depuis 2011. Des objets "electroniques" cools, des saveurs de toutes sortes, des variations de liquide pour e-cigarettes au THC, le tout sans odeur de tabac qui pourrait alerter les parents. Un bonheur pour les ados. Et pourquoi?

      Si la métahdone aide les héroinomanes à se défaire de leur mortelle addiction, devrait-on pour autant distribuer la méthadone à tous, puisqu'elle est tellement moins nocive que l'héroine?

      La e-cigarette n'est pas plus "opposée" à la cigarette, que la méthadone ne l'est à l'héroine.