Le courage de M. Simoneau

Merci, M. Simoneau, pour le courage dont vous avez fait preuve en vous opposant à l’attitude méprisante du maire Jean Tremblay et de son conseil municipal de l’époque, concernant l’imposition de la prière à tous les citoyens assistant à ces réunions publiques, dans des enceintes de débats et de décisions politiques. Étant moi-même un de ces citoyens payeurs de taxes, et donc de leurs salaires, ayant subi ce mépris, c’est avec soulagement et aussi avec plus de sérénité que je continuerai à assister à ces rencontres qui sont des plus importantes pour notre avenir, celui de nos enfants et petits-enfants, et aussi pour notre système démocratique.

La Cour suprême vient de débouter totalement les prétentions et le comportement inacceptable du maire Jean et de son conseil majoritaire en protégeant le droit à l’égalité et au respect pour tous les citoyens en ce qui concerne la liberté de conscience. Merci également au Mouvement laïque québécois et à ses membres militants d’avoir accepté d’accompagner le citoyen Simoneau dans sa décision de combattre l’injustice et le mépris manifestés par ces élus du peuple et non ces élus de Dieu.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

1 commentaire
  • Francine Lavoie - Abonnée 22 avril 2015 09 h 07

    Une victoire pour la laïcité

    Rappelons-le, la laïcité des institutions est la seule façon démocratique d'empêcher quelque religion que ce soit d'influencer le pouvoir à partir de ses propres valeurs, lesquelles sont le plus souvent irrationnelles et mysogines.