«Gens de mon pays», gens du Saguenay

Quelle honte en 2015 d’être associé, même de loin, à votre maire que vous semblez tellement aimer ! C’est curieux, personne ne vote pour lui, mais il est réélu avec des majorités écrasantes. Votre Duplessis fait la risée du pays entier. Il est probablement le seul être de l’univers à avoir besoin d’un tribunal et de deux niveaux d’appel pour comprendre le gros bon sens. La Cour suprême du Canada !

Vous savez, gens du Saguenay, nous ne sommes plus à l’ère des calèches. Après plus de 35 ans d’exil à Montréal, j’hésite souvent à m’afficher, à préciser mon « pays » d’origine, mes racines.

Vous connaissez l’expression : « On peut sortir un gars du Lac ou du Saguenay, mais on peut pas sortir le Lac du gars. » À Montréal, nous sommes tous des immigrants à quelques exceptions près. Nous venons d’Amérique du Sud, d’Europe, d’Haïti, du Vietnam, du Lac-Saint-Jean, de Gaspésie, d’Abitibi ou d’ailleurs. Même après 35 ans chez moi, à Montréal, il y a la métropole où sont nés mes garçons moitié Bleuets, et il y a chez vous. Comme des millions de néo-Québécois et de Montréalais, mes origines sont doubles.

Que de plaisir en perspective avec Infoman et le maire « Là-là » ! Vous savez ? Bien s’exprimer en 2015, c’est quand même de mise surtout quand on occupe un poste important et que l’on représente ses concitoyens. Vous vous rappelez l’ancien ministre originaire d’Alma ? Ce qui est également apprécié en 2015, c’est de bien informer les gens et, surtout, de respecter leur religion.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

9 commentaires
  • Pierre Bernier - Abonné 21 avril 2015 09 h 26

    La vraie question ?

    Dans quelle mesure les idées, postures et propos « sur un peu tout » de ce maire incarnent-ils la vision de la population qui l'a élu pour prendre charge que des affaires qui relèvent de la municipalité: sécurité publique, égout, aqueduc, urbanisme, disposition des ordures,... ?

    Car il faut bien voir que la surexposition médiatique à laquelle il accepte de se livrer (comme d'autres personnages las de leur rôle somme toute limité ?) est habituellement hors champ des compétences de la charge publique qui lui est confiée.

    Pour le reste n'est-ce pas qu'une affaire de personnalité ?

    Le savoir-faire et de savoir être visible aux yeux d'une opinion publique d'ailleurs n'est jamais simple... quand on ne connait pas ses critères et ses ressorts ?

  • Jean-Marc Simard - Abonné 21 avril 2015 11 h 37

    Propos méprisant...

    «Quelle honte en 2015 d’être associé, même de loin, à votre maire»

    Je trouve votre propos bien méprisant Monsieur Mercier envers les gens du Saguenay/LacSt-Jean...Et je vous trouve bien hautain pour un bleuet d'origine...J'ai l'impression que la grande ville vous a monté à la tête...Quant à moi je préfère un maire Jean Tremblay croyant pratiquant certes, mais honnète, à une rapace de maire et de conseillers montréalais qui sous la gouverne de votre précédent maire Gérald Tremblay s'en sont mis pleins les poches...Cracher sur ses origines et les mépriser ne vous rendra pas plus intelligent, Monsieur...

  • Serge Bouchard - Abonné 21 avril 2015 13 h 40

    N'importe quoi.

    Quel mauvais texte ! Je ne peux que voir la pénurie de textes pertinents dotés d'une certaine profondeur envoyés au Devoir en ce jour pour expliquer la publication de celui-ci.

  • Christine Rychlik - Inscrite 21 avril 2015 13 h 53

    Propos méprisant (Bis)

    Je ne suis pas un fan de La La Tremblay. Je touve vos propos méprisant M Mercier et ne comprend pas le journal le Devoir de publier de telles inepties alors qu'il y a des sujets beaucoup plus importants. Tel que la déposession tranquille du Québec. La La.

  • - Inscrit 21 avril 2015 13 h 54

    Je comprends M. Mercier

    En tant que fier Bleuet, il ressent une honte à l’idée que sa ville soit dirigée par un personnage qui attire la risée de bien des gens.
    On sait qu’il y a une base conservatrice au Saguenay : les frères Bouchard (Lucien et Gérard) et le maintenant chroniqueur Jacques Brassard sont d’une droite assez affirmée.
    Mais quand la droite confine à la bêtise, on peut comprendre qu’un homme fier de ses origines puisse ressentir une certaine humiliation.