Le Stade et son toit

Aux utilisateurs du Stade,

Je ne vois pas comment sortir le Stade d’une situation voulue politiquement.

L’infrastructure : vu que les informations récentes, confortées par des spécialistes agréés, permettent la mise en oeuvre d’une solution rétractable (type solution originale) avec un financement simple PPP. La seule solution réalisable est alors une toiture fixe et mobile. Les arguments financiers ne doivent pas conduire au choix d’une toiture fixe non ouvrable (type hangar). Avec le choix d’une solution rétractable, le sport amateur, scolaire, communautaire et professionnel pourrait être amélioré par des vocations secondaires, d’où usage bénéfique pour la jeunesse.

Les vocations commerciales pourraient soutenir les vocations sportives, tel que l’ont exprimé les Québécois dans le rapport brillamment élaboré par Mme Bissonnette lors d’une vaste consultation à travers la province produite le 28 novembre 2011.

Toujours selon les consultations, le Stade olympique est un repère identitaire pour Montréal et l’ensemble du Québec. Il évoque la fierté, l’audace, la beauté de l’architecture. Il représente bien la ville de Montréal, le Québec, ici et à l’étranger.

1 commentaire
  • Jean-Luc Malo - Abonné 16 avril 2015 09 h 12

    Bravo, M. Taillibert!

    Bien d'accord avec votre propos.
    Dommage d'ailleurs que mon journal préféré ne vous ai pas consacré un espace de type "cinq colonnes à la une". Le grand architecte que vous êtes (vous vous êtes d'ailleurs mérité un prix d'architecture pour le vélodrome tristement transformé en biodôme) l'aurait bien mérité.
    Dans cette histoire, il faut que les Québécois et les Montréalais se réappropient le stade comme espace de pratique sportive et récréative. C'est le sens du rapport Bissonnette. Appuyés par l'Association régionale de patinage de vitesse et la Fédération de patinage de vitesse du Québec, nous avons fait des représentations auprès de M. Heurtel, alors dg de la RIO, et avons suggéré de mettre en place une grande patinoire récréative sous le toit (on nous dit que s'il n'y a pas une accumulation de neige de 3 cm ou plus, il n'y a pas de danger). Ça ne coûtait pas cher puisque l'on va installer bientôt une telle patinoire au parc Angrigon. C'est donc abordable. M. Heurtel nous a répondu en installant une petite patinoire non réfrigérée non pas dans le stade mais dans ce vaste espace bétonné autour, balayé par le vent: ridicule. Un toit rétractable présenterait l'avantage d'accueillir des événements qui doivent se tenir à l'air libre et, l'été, le soleil, c'est bien stimulant pour un spectateur. De plus, on ne dit pas assez que votre toile d'origine a duré plus longtemps que tous les toits fixes que l'on a proposés depuis.
    Ne lâchez pas!

    Jean-Luc Malo
    abonné