Hommage au cardinal Turcotte

Mes condoléances aux fidèles du diocèse de Montréal et aux catholiques du Québec à la suite du décès du cardinal Jean-Claude Turcotte.

Je garde un souvenir inoubliable d’une rencontre que j’ai eue avec lui, le 19 juin 1990, lors d’une cérémonie d’accueil de Nelson Mandela à l’hôtel de ville de Montréal. Il venait d’être nommé archevêque de Montréal par le pape Jean-Paul II, le 17 mars de la même année. Je me suis présentée à lui avec des amis pour le féliciter.

« Monseigneur Turcotte, dans ma culture, lorsqu’on veut rendre hommage à un illustre personnage, on l’embrasse. Or, comme vous êtes cardinal, je ne connais pas le protocole et ne veux pas commettre d’impair. » Avant même de terminer ma phrase et à la surprise générale de mes accompagnateurs, il a posé ses deux mains sur mes épaules et m’a embrassé sur les deux joues en disant : « Pour une fois que nos deux cultures se rencontrent… » Le geste a été immortalisé en photo par un ami qui faisait partie de la conversation. Cela disait tout de l’homme et du pasteur : simple, ouvert et chaleureux.

Ce jour-là et lors des rencontres subséquentes que j’ai eues avec lui, nos entretiens ont porté sur la nécessité du dialogue oecuménique entre les trois religions monothéistes, ce qui m’a permis d’organiser, en 1992, au Grand Séminaire de Montréal, une conférence de haut niveau sur le dialogue interreligieux entre juifs, chrétiens et musulmans, une première dans l’histoire de cette institution.

Reposez en paix, Monseigneur Turcotte !

À voir en vidéo