Une suggestion pour l’indemnité d’un ex-ministre

Monsieur Yves Bolduc,

J’ai eu une excellente idée ce week-end. Permettez-moi de vous en faire part. Car, voyez-vous, au moment où vous quittiez votre poste de ministre de l’Éducation, avec une généreuse indemnité de départ qui a fait la manchette, l’école secondaire Joseph-François-Perrault, dans le quartier Saint-Michel, à Montréal, se préparait à un grand événement. Son orchestre symphonique répétait en vue d’une prestation au prestigieux Carnegie Hall, le dimanche 1er mars. Et, vous n’êtes pas sans le savoir, ce fut un triomphe. L’ovation que nos quelque 70 élèves ont reçue restera gravée à jamais dans leur mémoire.

Or ces mêmes élèves ne possèdent pas de salle de concert à leur école. Ils sont obligés de se déplacer, avec leurs instruments, chaque fois qu’ils doivent répéter. En outre, un comité de bénévoles est constamment à la recherche de financement pour éponger les coûts très élevés de ce programme de musique. Ce qui comprend, bien sûr, l’achat et la réparation des instruments de musique. Or, je vous signale qu’il s’agit d’une école publique.

Monsieur Bolduc, nos jeunes sont passionnés. Ils donnent des concerts époustouflants. Convenez qu’ils mériteraient grandement leur salle de concert.

Alors, en mon nom, et au nom de tous les parents, les élèves et les professeurs de l’école Joseph-François-Perrault, je vous invite chaleureusement au concert Gala des finissants, à la salle Claude-Champagne de l’Université de Montréal, le 5 juin 2015.

Je vous le jure, monsieur Bolduc. Quand vous les aurez entendus, vous n’aurez qu’une seule envie : leur remettre votre indemnité de départ !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.