Femmes et médecine

Je suis en troisième année de résidence en médecine interne, donc ma huitième année d’étude universitaire. Jusqu’à présent, j’adore mon métier dans tout ce qu’il comporte. Ce que je préfère, c’est le contact privilégié avec les personnes que je rencontre au quotidien.

Au premier abord, je suis souvent prise pour l’infirmière, la nutritionniste, ou la physiothérapeute, mais les choses sont rapidement mises au clair. Parfois, je reçois des commentaires sur mes yeux ou mes cheveux, sur mon âge, par des hommes comme par des femmes. J’imagine que mes collègues hommes aussi. En tant que femme médecin, je me sens traitée avec respect par mes patients.

Pendant ma formation médicale, on écoutait les idées des étudiantes autant que celles des étudiants. Au cours de nombreux stages, j’ai rencontré des patronnes qui géraient des services d’hommes et des patrons qui géraient des services de femmes. J’ai vu des services entièrement constitués de femmes et d’autres, uniquement constitués d’hommes. Un chirurgien cardiaque m’a dit que la chirurgie n’était pas une profession de femmes et une chirurgienne pédiatrique m’a dit que la chirurgie était une profession pour tout le monde. Des médecins hommes se sont dépêchés de partir pour aller chercher leurs enfants, et des médecins femmes ont remplacé leurs collègues en congé de maternité.

Bref, pour une femme, la profession médicale est loin d’être ce qu’elle était il y a quelques décennies, lorsque les premières pionnières frayaient le chemin aux centaines de femmes qui deviendraient plus tard étudiantes en médecine. Ces femmes à qui l’on pinçait les fesses, ces femmes que l’on insultait. Ces femmes qui devaient crier plus fort que tous les hommes afin d’être entendues. Ces femmes que l’on méprisait parce qu’elles étaient des femmes qui osaient vouloir devenir médecins.

Ce vendredi 27 février, j'ai été profondément indignée par les propos de Mme Miville-Dechêne, présidente du Conseil du statut de la femme, à l’égard des femmes médecins.

Avec la féminisation de la profession médicale, ce « petit groupe de femmes à revenu élevé » constituera dans les prochaines années l’essentiel du système de santé. Petit groupe de femmes qui se donnent corps et âme à leurs patientes et patients vulnérables, parfois même au détriment de leur santé et de leurs proches.

Merci donc au Conseil du statut de la femme pour sa misogynie ouverte à l’égard de toutes ces femmes médecins qui, par leur profession même, participent au mouvement progressiste d’égalité entre les sexes.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Rémi Cloutier - Inscrit 3 mars 2015 05 h 39

    Heureux pour elle

    J'ai une amie ,jeune femme médecin (e!) qui illustre très bien le contenu de cette article.

  • Sylvain Lévesque - Abonné 3 mars 2015 09 h 26

    le jupon dépasse

    La position de Miville-Dechene dans ce débat est complètement à côté du mandat du Conseil du Statut de la Femme. Elle a bien beau faire des pirouettes intellectuelles pour faire croire le contraire, j'ai l'impression que sa partisanerie libérale l'emporte sur tout le reste.

  • Mai-Anh Le Van - Inscrite 3 mars 2015 09 h 28

    Pas si lointain

    Même si maintenant le trois-quarts des gradués de médecine sont des femmes, la misogynie au sein de la médecine n'est pas si lointaine que cela car j'ai encore bon souvenir de m'être fait pincer les fesses comme vous dites à la fin années 90 lors de ma formation. Le progrès n'est que très lent et la position franchement arriérée et mésinforme de la CSF est déplorable. C'est à croire que le Conseil du Statut de la Femme, organisme gouvernemental dont la présidente a été choisie par le parti Libéral, est sujette à de l'intimidation de la part du ministre Barrette. Il faut aussi dire que le CSF a subi des coupures importantes de son budget par le gouvernement il y à peine 6 mois. Reliez les points...

  • Hélène Paulette - Abonnée 3 mars 2015 11 h 46

    Ne blâmons pas le CSF

    Blâmons la Ministre qui a nommé madame Miville-Deschênes...