Ras-le-bol

Ras le bol de cette suite de doléances et d’arguments entre les docteurs et le ministre de la Santé, étalée partout dans les médias.

Ras le bol, comme médecin, de composer tous les jours avec un système public en déroute, où nos patients sont si mal servis et où la charge de travail devient monstrueusement complexe pour nous tous.

Moi qui suis médecin de famille, je suis prête, dès demain matin, à gagner 30 % de moins, et sans doute à devenir encore plus performante que ce que nous demande le ministre, pour enfin mettre en route un véritable changement de mentalité dans le réseau de la santé au Québec. Ce qu’il faut :

1- une première ligne forte assumée en grande partie par les infirmières ;

2- un vrai travail collaboratif avec elles, à qui nous déléguerions plus de pouvoirs et d’autonomie ;

3- un changement de mentalité dans la population, qui accepterait aussi de se faire soigner par des infirmières, et non pas des médecins, quand cela est requis ;

4- plus d’autonomie pour les pharmaciens afin d’alléger nos liens avec eux ;

5- un vrai dossier médical électronique ;

6- et une commission permanente de penseurs ou d’administrateurs dont c’est le métier de réfléchir à l’organisation des systèmes sociaux, appuyés par des chercheurs en santé qualifiés.

Ras le bol, j’ai dit !

Na !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.