Sous le pont des libéraux

Sous le pont des libéraux coulent nos cennes

Et nos épargnes

Faut-il qu’on s’en souvienne

Chaque loi venant toujours creuser la peine

Vienne la nuit sonne l’heure

Les libéraux s’en vont le monde demeure

Sous le pont des libéraux coulaient nos cennes

Et nos épargnes

D’eux autres pas grand-chance qu’on se souvienne

La joie viendra après la peine

(Mes excuses, Guillaume Apollinaire)

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

5 commentaires
  • Gaston Bourdages - Abonné 20 décembre 2014 04 h 53

    Si je saisis bien, vous nous...

    ...«parlez» aussi de ces argents qui nous ont été volés...Cf. la tenue de La Commission Charbonneau ? J'aurais aimé lire une ligne ou deux sur l'impunité. Vous savez... cette tare d'irresponsabilités que certaines gens réussissent à métamorphoser en «immunité»...
    Gaston Bourdages,
    Petit «pousseux de crayon sur la page blanche»
    Saint-Mathieu de Rioux, Qc.

  • Martine Fortin - Inscrite 20 décembre 2014 10 h 43

    Administration déficiente

    Le gouvernement, depuis 2003, dirige l'économie du Québec, en faveur des membres du PLQ (et PQ brièvement) et non au profit de la société.
    Les tit-amis, haut-fonctionnaires, et autres êtres obscurs, s'en mettent plein les poches et nos enfants paieront les abus et gaspillages.
    Il est temps de couper les primes de séparations, bonus, comptes de dépenses BAR-OUVERT, et de gérer d'une manière RESPONSABLE ET COMPÉTENTE.

  • alain petel - Inscrit 20 décembre 2014 12 h 33

    Sous le pont... La suite

    C'est un poème sans fin, M. Bourdages et je vous invite à en écrire la suite. Certain que le poète Apollinaire ne nous en voudra guère.

    • Michel Vallée - Inscrit 21 décembre 2014 17 h 43

      Sous le pont, le PLQ nous prend pour Vibescu...

      -Guillaume Apollinaire, « [..] Les Amours d'un Hospodar »

  • Diane Gélinas - Abonnée 21 décembre 2014 23 h 21

    Sous le pont rouge des Libéraux... (poème sans fin)

    Sous le pont rouge des Libéraux,
    Coulent bien des espoirs en lambeaux.
    2015 arrive bientôt
    Et pour plusieurs, c'n'est pas trop tôt!

    Célébrons la fin de l'année
    Pour être en forme dès janvier.
    Et préparons-nous à marcher
    Pour leur démolition, contrer.

    Après les voeux, viennent les débats
    L'austérité, ça n'passera pas.
    Le printemps va nous réchauffer
    Il produira toute une dégelée!

    Les femmes au service de l'État
    Seront solides dans ce combat.
    Elles forment le grande majorité
    De l'ensemble de ses salariés.

    La population est tannée
    Des abus, elle est outragée;
    La classe moyenne en a assez
    D'être sans cesse sollicitée...

    Tant les docteurs que les banquiers
    Sont en train d'nous dévaliser.
    Les autres Libéraux, bouche bée,
    Se soumettent sans se révolter.

    Alors tous les gens du pays
    Diront, ça va faire, c'est fini!
    S'ils croient avoir trois ans et demi
    Leur pouvoir pourrait être raccourci...

    Allez, lecteurs, lectrices, poursuivez ce poème sans fin