Des demi-mesures

Lettre à Bernard Drainville

Les médias nous ont appris que vous alliez bientôt présenter une nouvelle version de la charte de la laïcité, que vous voudriez « plus souple et plus consensuelle ». Cette nouvelle mouture se rapprocherait de la position que la CAQ soutenait lors du débat de l’année dernière et interdirait le port de signes ostentatoires à caractère religieux seulement aux juges, aux policiers, aux gardiens de prison, aux directeurs d’école et aux enseignants du primaire et du secondaire. Une telle restriction à la laïcité, comme je l’ai soutenu à la Commission parlementaire que vous avez dirigée, ne tient pas la route. La neutralité de l’État, pour être vraiment effective et avoir tout son sens, doit s’appliquer à l’ensemble de ses représentants. Ce genre de demi-mesure que vous vous apprêtez à défendre fait penser à des parents laxistes qui croient bien agir face à leur enfant désobéissant en le privant de dessert tout en lui permettant de continuer à jouer à ses jeux vidéo.

Je me permets de vous exprimer ma profonde déception. Le projet que vous aviez soumis constituait un minimum pour que le principe de neutralité de l’État soit respecté au sein des organismes publics. Aller en deçà de ce que vous aviez vous-même proposé apparaît comme un recul inacceptable.

Certains liront dans ce repli une stratégie politique de racolage dans le cadre de la campagne à la direction du Parti québécois. Personnellement, j’y vois surtout l’influence de plus en plus grande au Québec des bien-pensants qui, sous prétexte de défendre la liberté de religion, mettent en péril les autres droits fondamentaux et contribuent à islamiser notre société. Je ne pensais vraiment pas que vous abdiqueriez ainsi. […]

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

21 commentaires
  • Denise Lauzon - Inscrite 18 décembre 2014 04 h 18

    À ajouter dans une future charte de la laïcité québécoise


    Je pense que la charte de la laïcité québécoise devrait inclure l'interdition pour les jeunes de moins de 18 ans de porter des tenues à caractère religieux comme par exemple le foulard islamique que certaines jeunes filles de 10, 12 ou 14 ans se voient obligées de porter. À mon sens, cela constitue une forme d'endoctrinement.

    • Sylvain Auclair - Abonné 18 décembre 2014 09 h 30

      Venez faire un tour à Outremont et vous verrez l'ampleur du défi que vous proposez.

    • Albert Descôteaux - Inscrit 18 décembre 2014 11 h 52

      Mme Lauzon, à l'école de quartier fréquentée par mes enfants, ce sont des filles de 7 ans qui portent le voile. Comme le dit si bien M. Auclair, le défi est énorme dans certains quartiers de Montréal (j'ajouterais aussi Laval).

      Dans la classe de mon plus jeune (2e année), l'enseignante a dû convoquer certains parents car les propos de leurs enfants frôlaient le discours d'islamistes envers la société occidentale. De plus, les enfants appartenant à ce groupe religieux, majoritaires dans certaines classes, faisaient de la discrimination et de l'intimidation basées sur la religion. Non, on est pas sortis du bois, et la situation n'ira pas en s'améliorant si rien n'est fait pour corriger le tir.

    • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 18 décembre 2014 16 h 14

      @ M. Descoteaux

      Lorsque j'étais au primaire, les rares Africains de mon école étaient raillés du fait de leur teinte foncée. L'intimidation se pratiquait selon les quartiers, les rues, les fraternités, bref, selon n'importe quelle guise de la différenciation.

      Je déplore les situations que vous rapportez, mais, franchement, ce n'est pas l'apanage d'une religion, et ce n'est pas une Charte exclusive qui règlera quelque chose.

  • Ismael Kolbe - Inscrit 18 décembre 2014 06 h 51

    Huile sur le feu .... social

    Je crois sincèrement qu'actuellement il n'est pas sensé, respectueux et adéquat de remettre sur le tapis et dans la mêlé publique un tel projet de chate de la laicité.

    Le climat social est déjà très ''chaud'', il serait irresponsable de mettre davantage de pression sur la société civile.

    Merci de gouverner avec respect et sans dommages collatéraux.

    • Jean-Pierre Bédard - Inscrit 18 décembre 2014 18 h 28

      Le « respect » auxquels s'attendent les individus qu'une charte digne de ce nom -- la première mouture de la charte proposée était à peu près correcte -- risque d'indisposer, ce n'est que du laisser-faire, de l'écrasement et de l'abaissement des bras pour éviter de heurter les susceptibilités des opiniâtres religieux.
      Remercier le gouvernement Couillard de « gouverner avec respect » -- quand on voit comment ça se passe -- tout en admettant par ailleurs que « le climat est très chaud » relève de la pure fantaisie partisane, voire de l'absurde. C'en est presque drôle !
      N'en jetez plus, la cour est pleine !

  • Jean Jacques Roy - Abonné 18 décembre 2014 08 h 34

    Allons aux priorités...

    Il y a le feu dans la demeure, je ne crois pas que c'est le moment de relancer ce débat sur la laïcité! Le gouvernement Couillard mène une offensive sur tous les fronts... Il me semble qu'il serait temps de nous unir pour y mettre fin et de cesser de nous préoccuper de l'habillement des employéEs et des fonctionnaires de la fonction publique.
    Le problème majeur que nous avons avec les dirigeants de la fonction publique québecoise et en particulièrement du gouvernement du Québec se situe-t-il au niveau de la question de la laïcité? De son manque de neutralité sur des questions de croyances et de symboles religieux? Cela crève les yeux que nos dirigeants reviennent à la symbolique religieuse chrétienne lors des grandes cérémonies... particulièrement lors des funérailles officielles et les révérences devant les autorités religieuses. Cette hypocrisie est dérangeante, mais le problème majeure de la collectivité vis-à-vis de la "neutralité" de l'État est d'un autre ordre.
    En effet, au terme de cette offensive contre la population pour ramener le "déficit zéro" quelle partie de la population en ressortira "plus riche" et laquelle sera encore "plus pauvre". La véritable "neutralité" de l'État et du gouvernement devrait d'abord se mesurer sur ces paramètres de justice distributive, ne croyez-vous pas?

    • Jean Richard - Abonné 18 décembre 2014 10 h 35

      J'appuie vos propos. Au moment où la grogne s'installe dans la population et où les casseroles risquent de retourner dans la rue, l'obsession de la charte n'a vraiment pas sa place, à moins qu'on s'en serve pour dissimuler l'absence de solutions au conflit qui pointe à l'horizon.
      Il est peu probable que M. Drainville devienne le futur chef du PQ, mais pire, s'il s'obstine à ne pas vouloir mettre sa charte de côté, son avenir politique a peu... d'avenir.

    • Jean-Christophe Leblond - Inscrit 18 décembre 2014 12 h 34

      En effet. Le débat sur la charte était nécessaire pour étouffer ce qu'il restait de braises du printemps Érable, et s'assurer d'empêcher une reprise de la demande pour de réelles réformes qui en émanait. Le gouvernement Marois ayant fait très peu pour régler les crises sociales qui restaient de l'ère Charest, ayant même souvent continué à gouverner dans la même veine, il était nécessaire de créer un nouveau feu pour faire diversion.

      Le débat sur la charte était un outil pour maintenir le statu quo et assurer la continuité de gouvernements PQ/PLQ ayant perdu le contrôle des leviers économiques du Québec et incapables de gouverner dans l'optique du bien commun. Et n'ayant même plus le ressort d'essayer. On le voit très bien avec le culte du pétrole sous l'emprise duquel se trouvaient aussi bien le PLQ de Charest que le PQ de Marois.

  • Dalva Sammy - Inscrit 18 décembre 2014 08 h 42

    Nouvelle Charte

    Même si je suis pour d'une laïcité mur-à-mur, je dois admettre que la rumeur voulant la rédaction d'une nouvelle mouture de Charte qui limite le port des signes religieux à certains fonctions, de même qu'une clause "Grand-père" pour ceux et celles qui sont déjà à l'emploi du gouvernement est une excellente façon d'obtenir une plus grande acceptabilité sociale et de laïciser l'état.
    A force de vouloir la perfection, nous invitons la paralysie.

  • Jean-Yves Marcil - Inscrit 18 décembre 2014 10 h 17

    Pseudo "islamisation" de la société québécoise !

    Vous parlez dans votre texte "des bien-pensants qui, sous prétexte de défendre la liberté de religion, mettent en péril les autres droits fondamentaux et contribuent à islamiser notre société."
    1- Personnellement je n'ai aucun atome crochu avec un projet de charte sur la laïcité de Drainville et cie.
    2- personnellement je trouve que ceux qui crient "danger" en pointant rageusement une pseudo "islamisation" de la société québécoise, je trouve que appeurés dérapent aisément.