Victoire collective contre le gaz de schiste

Dominic Champagne
Photo: François Pesant Le Devoir Dominic Champagne

Ce n’est pas tous les jours qu’on a des raisons de se réjouir autant !

Je suis en feu ! Je jubile ! Après quatre ans, quatre ans de labeur intense ! J’ai envie de vous embrasser tous et toutes autant que vous êtes ! C’est une victoire collective immense ! Pour des milliers d’hommes et de femmes qui se sont reconnus, retrouvés, qui se sont battus, qui ont poussé à la roue, avec angoisse et détermination ! Une victoire de la conscience collective, de la société civile, de l’éveil démocratique, de l’exigence écologique et de cette institution extraordinaire qu’est le BAPE, dont on espérait tant qu’elle ne serait pas pervertie par les jeux d’influence. Il faut croire en nous-mêmes ! Croire en notre exigence et en notre potentiel. Croire en notre droit de refuser ce qui va à l’encontre de l’intérêt public. Et maintenant, tous en choeur, marcher vers l’avenir, vers la si nécessaire transition à laquelle nous sommes conviés ! Exiger que le Québec se dote d’un plan crédible de transition. Qui puisse enrichir la collectivité et la qualité de la vie ! Yes we can ! Merci, bravo à tous ceux et celles qui ont été là, qui sont là, qui seront là. Parce qu’on le sait, l’industrie n’a pas dit son dernier mot. Mais on ne va pas bouder notre plaisir. Voici les dernières lignes du rapport, sans équivoque : « En conclusion, en raison de l’ampleur des impacts potentiels associés aux activités de l’industrie du gaz de schiste dans un milieu aussi peuplé et aussi sensible que les basses-terres du Saint-Laurent, en raison également des incertitudes qui subsistent quant aux impacts potentiels sur la qualité de l’eau des aquifères et à la capacité de l’industrie de préserver l’intégrité des puits à très long terme, la commission d’enquête est d’avis qu’il n’est pas démontré que l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste dans les basses-terres du Saint-Laurent avec la technique de fracturation hydraulique, serait avantageuse pour le Québec. »

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

10 commentaires
  • Danielle - Inscrit 16 décembre 2014 07 h 23

    MERCI Dominique!

    Merci Dominique. Je sais que tu as travaillé très fort avec nous, j'en suis reconnaissante. MERCI à tous ceux et celles qui ont marchés à St Denis sur Richelieu en décembre 2010 lors de la première manifestation devant un puits de gaz de shiste au Québec. Sans nous, il y aurait à ce moment-ci 20 000 puits sous terre dans la magnifique Vallée du St Laurent. On l'a échappé belle!

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 16 décembre 2014 07 h 34

    Oups.

    Ne vous réjouissez pas trop vite, le combat n'est pas fini. Et ne baissez pas votre garde, ils reviendront à l'assaut. Ce n'est jamais le moment de s'assoir sur ses lauriers. Voyons ce que notre cher premier ministre va en faire de ce rapport. Il semble que ce soit lui le Boss.

    PL

    • Danielle - Inscrit 16 décembre 2014 11 h 24

      Si vous saviez comment la garde est très présente! Je sais très bien que la lutte n'est pas terminée. S'ils reviennent, ils ont pas fini avec nous!

  • Pascal Martineau - Inscrit 16 décembre 2014 08 h 12

    Parlons-en du dernier mot!

    Dommage que le BAPE ne soit qu'une instance de consultation et que le dernier mot revienne en réalité au Conseil des ministres...

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 16 décembre 2014 09 h 05

    Je me souviens aussi des victoires.

    Vous faites bien de jubiler et de le publier, le plus grand danger guettant le citoyen ordinaire étant la fausse et facile croyance en l'inutilité de ses efforts: il doit se rappeler les batailles gagnées. L'autre danger guettant le citoyen est accessoire au premier. Il tient dans le dévoiement des institutions publiques démocratiques, le principal gagnant étant la raison économique de quelques uns, une raison à la fois à courte vue et indifférente aux soucis de protection de l'environnement et d'acceptabilité sociale. Une raison économique trompeuse opposant aussi le développement territorial durable d'ici à celui d'ailleurs, une raison sacrifiant les gens d'ici au profit de ceux d'ailleurs. Victoire dans les basses terres du Saint-Laurent = une victoire partout.

  • Claude Saint-Jarre - Abonné 16 décembre 2014 09 h 14

    Partage

    Je partage cet enthousiasme pour le non aux gaz de schistes et pour la transition énergétique à faire. Rassurez-moi svp en m'assurant qu'aucune compagnie ne poursuivra le Québec en cour au nom d'un quelconque Traité signé sans qu'on ait eu un mot à dire.
    Et pour que cela ne se reproduise plus, que dis-tu, peuple souverain, d'écrire toi-même ta propre Constitutiion où tu mets tes règles qui limitent les pouvoirs du gouvernement, pour qu'il te rende des comptes, pour que tu puisses le révoquer s'il le faut, par référédum d'initiative populaire, pour faire tes lois, par toi, pour toi. Joins l'assemblée constituante québécoise et inscris-toi: www.acrq.org Entraîne -toi en ateliers constituants à écrire ta Constitution. Merci et bonne journée!