Hypnose de masse?

Le gouvernement du Québec vient d’ouvrir un site Internet où les citoyens sont invités à faire des suggestions quant aux postes budgétaires où il serait préférable de couper. Un minidébat semble s’être engagé quant à la valeur de cette « consultation », où l’on fait valoir qu’elle n’est pas rigoureuse et que les résultats pourraient être biaisés par le fait que des groupes organisés peuvent « paqueter » la boîte à suggestions virtuelle, dans un sens ou dans l’autre, c’est-à-dire en faveur des choix « de droite » ou alors « de gauche ».

 

J’ose espérer qu’aucun électeur le moindrement de gauche ne se laissera prendre à ce piège d’hypnotiseur. Le truc est en effet assez connu ; il relève des méthodes qu’utilisait le grand expert américain en hypnose, Milton Erickson. Celui-ci s’était distingué parmi ses pairs pour avoir développé des techniques hypnotiques qui n’ont rien à voir avec les manières auxquelles on s’attend habituellement. Chez lui, pas de pendule qu’on fait osciller devant les yeux en répétant « vous dormez ! ». Erickson obtenait en fait de bien meilleurs résultats par la voie indirecte.

 

Il y avait dans son cabinet plusieurs fauteuils à la disposition du patient. Lorsque, au cours d’une consultation, venait le temps de passer à l’hypnose, Erickson indiquait la variété de fauteuils et demandait simplement : « Dans quel fauteuil préférez-vous être hypnotisé ? » Le patient, en indiquant son choix de fauteuil, ne remarquait pas qu’il venait aussi d’acquiescer à la suggestion qu’une fois assis il serait en état d’hypnose…

 

De même, à la question « De quels services voulez-vous qu’on vous prive ? », on peut parier le ministre ne veut pas vraiment savoir notre réponse, qui de toute façon ne saurait être bien informée. Ce qu’il obtient, par contre, est l’acquiescement « hypnotique » à ses mesures d’austérité. Il vaut cependant la peine de remarquer que l’hypnose, dans ce cas, ne supprimera pas la douleur des amputations.

3 commentaires
  • J-F Garneau - Inscrit 10 septembre 2014 10 h 00

    Plutôt le contraire...

    Si le ministre Coiteux s'inspire de Erickson, que dire de Drainville alors, nous avions définitivement affaire à du grand Mesmer!

    « C'est la première fois qu'on a une telle participation citoyenne pour l'élaboration d'un projet de loi », s'était félicité, à l'époque, le ministre Drainville, en référence au site web et à la consultation sur le projet de Charte des valeurs québécoises, menée entre le 10 septembre et le 1er octobre. Cela avait été, dit-on, un « franc succès ». Selon les péquistes, la consultation populaire « donnait une idée de l'opinion publique ». On se rappellera que cela avait coûté 1,9 millions et que le gouvernement n'avait pas jugé bon partager les résultats.

    Cela étant, si les consultations de ce genre ont une portée limitée j'en conviens, n'est-il pas au moins intéressant

    Je crois plutôt que la réalité est exactement le contraire.

    C'est peut-être l'éveil après l'hypnose, endormis que nous étions tous, hypnotisés pour croire que l'état-providence ne peut que s'agrandir et que de toutes façons il n'y a qu'une seule réponse: "les riches vont payer", et que si on en parle pas, le problème va disparaitre.
    Je crois que le peuple a eu une abréaction (qui consiste en une réaction anormale, souvent paniquée, de la personne hypnotisée), qui se traite en rassurant la personne et en la faisant revenir à la pleine réalité, consciente... juste à temps pour s'exprimer dans le cadre de la commission permanente sur la révision des programmes.

    • Daniel Côté - Inscrit 11 septembre 2014 13 h 07

      Et pourtant!

      Le monde n'a jamais été aussi riche, les riches n'ont jamais été aussi riches... et le commun des mortels ainsi que la société vie au dessus de ses moyens!!!!

      Tout est un question d'équité... qu'il faut rétablir!

      Le réveil est là....

  • Johanne Dion - Inscrit 12 septembre 2014 08 h 06

    Vous avez entendu parlé de Synergy Alberta?

    L'Alberta a créé un concept pour faire avaler la pieuvre à ses citoyens. Synergie, çà vous dit quelque chose?

    Sous prétexte qu'on vous laisse participer à un semblant de prise de décision, on vous impose n'importe quoi, tout en vous faisant remarquer que vous avez participé volontairement à ce gavage d'oie.

    Jessica Ernst l'explique bien ici: https://www.youtube.com/watch?v=vpRF6fru4as

    On a tordu le concept de la démocratie pour la faire travailler contre le citoyen.