Perturbations climatiques et milieu des affaires

La gestion politico-économique de la controverse autour du réchauffement climatique ne sera plus la même. En effet, la parution récente de Risky Business, un rapport signé par Michael R. Bloomberg, Henry M. Paulson et Thomas F. Steyer, témoigne de l’apparition, dans l’arène délibérative — déjà peuplée de groupes environnementaux, de scientifiques, de citoyens — d’un groupe d’acteurs concernés par la question (rapport accessible en ligne : riskybusiness.org). Les signataires du rapport cernent et documentent les risques liés aux débordements climatiques et interpellent les chefs d’entreprises et investisseurs économiques, leur demandant de participer aux discussions publiques (p. 47). Ce rapport et son éventuelle réception par les milieux des affaires auront sans doute des implications politiques en matière d’actions mises en priorité à court, moyen et long termes. Si l’on peut être critique à l’endroit d’une telle commercialisation du débat, on peut envisager d’un bon oeil le fait que même le milieu des affaires pourrait reconnaître la pertinence de souscrire à une taxe sur le carbone.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Yvan Croteau - Inscrit 7 juillet 2014 09 h 32

    Climat, affaires et prévisibilité !

    Le milieu des affaires en plus des conditions du marché ont besoin d'un environnement prévisible (un minimum de prévisibilité du moins). La taxe sur le carbone correspond à un effort lié à la responsabilité sociale des entreprises et non une réponse pour s'adapter aux changements provoqués par les bouleversements climatiques actuels et à venir. Les entreprises en ont plein les bras pour gérer leurs domaines d'affaires respectifs. Ce qu'ils ont besoins ce sont des cadres règlementaires et fiscaux claires et proactifs qui ne les affaibliront pas sur le plan de la compétitivité. En matière d'environnement, c'est dernières années, nous avons vus nos gouvernements réduire leurs vigilances malgré les avertissements des groupes comme Ouranos. Plus nous aurons des cadres règlementaires proactifs en matière d'environnement, plus nous pourrons développer une économie capable de s'adapter et même d'anticiper les occasions pour améliorer l'offre de service. Des pays comme l'Allemagne, la Hollande et même certains États américains ont fait de la capacité d'adaptation aux changements climatiques le cœur de leurs stratégies commerciales. Il n'y a pas d'incompatibilité fondamentale entre l'environnement et l'économie. Tout ce joue en matière de pratiques compatibles envers l'environnement et son alter, la justice sociale.