Lettre - Mi-figue, mi-doyen

Il y a comme ça quelques fois des petits clercs de notaire pour venir nous servir leur propagande fédéraliste dans les quotidiens québécois?

 

Quand Sébastien Grammond parle des lieux communs du discours indépendantiste, il affiche effrontément son parti pris et il s’imagine que son titre de doyen va lui conférer une quelconque crédibilité.

 

Le doyen de faculté est responsable devant le Conseil académique et les instances de l’université de l’animation, de la planification, de l’organisation et de la gestion de sa faculté. Le doyen, ce n’est rien d’autre qu’un petit gestionnaire sur une chaise haute.

 

M. Grammond est spécialiste du droit des autochtones et à ce titre, il considère tous les Québécois qui ne sont pas membres du Barreau du Québec comme des aborigènes dénaturés, des bêtes sauvages à traquer qui doivent être domestiquées ou éliminées.

 

Si c’est ce genre de droit qu’il enseigne à l’Université d’Ottawa, PKP est tout à fait pertinent quand il parle de gouvernement des juges, et j’ajouterais, de celui des avocats aussi. Il suffit de regarder les décisions de la juge Charbonneau et des autres, de laisser passer la campagne électorale pour priver les Québécois de leur droit d’aller voter en toute connaissance de cause.

 

Merci pour la (NDLR).

À voir en vidéo