Lettre - Merci, Monsieur Flaherty

Au-delà de votre vision, de votre pragmatisme et de l’immense contribution que vous avez apportée à la gestion des finances publiques au Canada, particulièrement durant la récession majeure de 2008 et 2009, vous avez été, durant toute votre carrière politique, un champion de l’inclusion et de la participation sociale des personnes vivant avec une déficience ou un handicap physique ou intellectuel.

 

Malgré vos lourdes responsabilités, vous êtes demeuré attentif aux besoins de plus de 3,8 millions de Canadiens, et vous avez démontré votre engagement en parlant ouvertement de leurs défis quotidiens et en posant des gestes concrets pour qu’on reconnaisse leur présence et qu’on favorise leur apport au mieux-être de notre société

 

En créant le Régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI), vous avez permis aux parents ou aux proches d’une personne vivant avec une déficience ou un handicap d’assurer leur sécurité financière à long terme. Vous avez aussi piloté la création du Fonds pour l’accessibilité pour soutenir des projets communautaires qui améliorent l’accessibilité, réduisent les obstacles et permettent aux personnes différentes de participer à la vie de leur collectivité et d’y contribuer.

 

Dans votre dernier budget déposé il y a quelques semaines, vous avez inclus une contribution de 10,8 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir le développement du mouvement Olympiques spéciaux au Canada. Il s’agissait à vos yeux d’un investissement nécessaire pour permettre à tous les enfants et adultes présentant une déficience intellectuelle de faire du sport et de créer une société plus juste et plus inclusive.

 

Au nom de toutes les personnes différentes du Canada, nous espérons que l’histoire saura vous reconnaître comme le premier ministre des Finances de ce pays, champion de l’inclusion et de la participation sociale. Chapeau et merci, Monsieur Flaherty.

2 commentaires
  • Martin Pelletier - Inscrit 14 avril 2014 07 h 03

    56G de déficit

    Flaherty est le recordman du déficit avec un beau 56 milliards ajouté d'un seul coup à la dette en 2009!
    C'est comme si le Québec avait fait un déficit de 13 milliards!
    Merci pour quoi?

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 14 avril 2014 09 h 00

    Une réputation surfaite

    Si le système bancaire canadien a mieux traversé la crise que la plupart des autres pays industrialisés, c'est que les Conservateurs n'avaient pas eu le temps de le dérèglementer, comme ils l'ont fait depuis pour d'autres secteurs de l'industrie (le transport ferroviaire, notamment, avec les résultats qu'on sait).

    Si le gouvernement Harper avait pris le pouvoir quelques années plus tôt, nos banques auraient obtenu la même latitude que celles des autres pays anglo-saxons, auraient connu la même croissance fulgurante basée sur la spéculation et connu le même effondrement qu'ailleurs.

    Comme tous les gouvernements, celui de M. Harper possède à son service des gens intelligents. M. Flaherty était l'un d'eux. Mais on ne doit pas oublier qu'il était aussi un petit soldat au service d'une idéologie. Évitons de l'idéaliser.