Lettre - Le sport, à quel prix?

Alors qu’on bombe le torse et qu’on se pète les bretelles pour toutes les médailles récoltées aux Jeux olympiques de Sotchi, on a de la difficulté à se payer une petite balade en ski de fond dans nos parcs nationaux. C’est bien beau de regarder nos étoiles du sport faire mille entourloupettes dans les airs devant des milliards de personnes, mais qu’en est-il lorsque l’on se décide à bouger pour maintenir la forme ?

 

Si nous sommes si intensément friands de sports de plein air, alors pouvez-vous me dire pourquoi nous acceptons sans rouspéter les tarifs exorbitants exigés par la SEPAQ pour aller faire du ski de fond au mont Saint-Bruno et dans tous les parcs nationaux du Québec ? Peut-être l’ignorez-vous, mais il en coûte 21,60 $ pour seulement faire une petite randonnée en ski de fond. Est-il vraiment justifié d’exiger des frais d’entrée pour le parc de 6,50 $ en plus du tarif exigé pour faire du ski de fond (15,10 $), ce qui donne un montant total de 21,60 $ pour un adulte, alors que dans la plupart des centres privés, c’est moins cher (autour de 15 $) parce que nous n’avons pas à payer un prix d’entrée pour avoir accès au lieu ? Pourquoi ne pas aller faire du plein air dans les endroits où c’est plus abordable au lieu de se faire exploiter par la SEPAQ ? […]

 

J’invite tous les skieurs à boycotter les parcs de la SEPAQ parce que je considère qu’il est inacceptable de devoir payer pour entrer dans nos propres parcs. Après tout, ils nous appartiennent !

À voir en vidéo