Lettre - À méditer

« La permission offerte à tous les fonctionnaires de l’État d’arborer des signes religieux mine la neutralité de l’État, en plus de heurter la liberté de conscience des citoyens qui n’adhèrent à aucune foi religieuse.» Il s’agit d’un extrait du mémoire des juristes pour la laïcité et la neutralité religieuse de l’État adressé à la commission qui étudie, présentement, le projet de loi 60 sur une Charte de la laïcité proposée par le gouvernement du Québec.

 

Appliqué mutatis mutandis au conseil municipal de Saguenay, cet extrait pourrait être réécrit commme suit : « Quand le maire, Jean Tremblay, se permet d’arborer des signes religieux comme la prière en début de séance du conseil municipal et une statue du Sacré-Coeur en pleine salle du conseil, il mine la neutralité de l’administration municipale, en plus de heurter la liberté de conscience des Saguenéens qui n’adhèrent à aucune foi religieuse.»


David Falardeau - Chicoutimi, le 4 février 2014

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

12 commentaires
  • Gaetane Derome - Abonnée 7 février 2014 01 h 57

    Le droit des minorités.

    On clame partout qu'il faut respecter le droit des minorites.Donc j'aime bien la comparaison que vous faites avec les Sagueneens.Est-ce que les minorites laiques peuvent etre respecter aussi?
    Le meilleur moyen de tous se respecter c'est d'au moins rester neutres dans la fonction publique.
    Si les croyants ont le droit de porter un symbole ostentatoire au travail dans la fonction publique,alors je pense que je porterai un chandail sur lequel est inscrit:"Dieu est mort" et tant pis si je heurte la liberte de conscience des croyants..

    • michel lebel - Inscrit 7 février 2014 15 h 37

      Je ne vois pas en quoi porter un voile ou une kippa, par exemples, est une manifestation de non-respect à l'égard de celui qui traite avec la personne qui porte un tel signe religieux. Je ne saisis pas. Un tel signe ne me dérange pas! Pour le reste, la liberté d'expression comme le bon jugement existeront toujours!

      Michel Lebel

  • michel lebel - Inscrit 7 février 2014 08 h 43

    Aucun problème!

    Le fait de porter un chandail avec l'inscription : "Dieu est mort" n'heurterait pas ma conscience, même si je suis croyant. Je n'y vois aucun problème. Comme pour une fonctionnaire voilée qui prendrait ma photo pour ma carte d'assurance-maladie!. Ma conscience ne serait ici aucunement perturbée! Bref toute cette affaire de signes ostentoires est bien un faux problème!


    Michel Lebel

    • Cyril Dionne - Abonné 7 février 2014 10 h 21

      "Bref toute cette affaire de signes ostentoires est bien un faux problème."

      Pas dans les écoles...

    • Annie-Ève Collin - Inscrite 7 février 2014 12 h 56

      Par contre, on se permet d'interdire dans de nombreux milieux de travail (y compris dans la fonction publique) les signes, symboles, vêtements et accessoires qui symbolisent des valeurs non religieuses. Que les athées aient le droit d'afficher leur athéisme n'enlève rien à l'inégalité entre croyants et non croyants qui est dénoncée : les non croyants, comme les croyants, portent plus volontier des signes qui montrent ce à quoi ils adhèrent que ce à quoi ils n'adhèrent pas. Afin d'illustrer : il va sans dire qu'une musulmane n'est pas une bouddhiste, mais elle ne porte pas de signe qui montrent qu'elle n'est pas bouddhiste ; elle porte des signes qui montrent qu'elle est musulmane. Pourquoi un non croyant voudrait-il afficher qu'il n'est pas croyant ? Certains peuvent vouloir le faire, mais la plupart seront plus enclins à afficher qu'ils sont féministes, écologistes, membres d'un club sportif ou je ne sais quoi d'autre, bref, ils afficheront ce qu'ils sont et non ce qu'ils ne sont pas.

    • Gaetane Derome - Abonnée 7 février 2014 13 h 21

      @ M.Lebel,

      Mais j'ai ete polie,et vous savez bien tout ce qu'on pourrait ecrire,et ce que des jeunes ecriraient en anglais par exemple,sur un tel chandail...Et si on insulte certains prophetes croyez-vous que ces croyants que vous defendez vont nous le pardonner?
      Je ne pense pas que c'est un faux probleme tous ces signes et le respect ca fonctionne dans les deux sens.

    • Claude Bernard - Abonné 7 février 2014 17 h 47

      Mme. Derome,

      Les signes religieux ne sont pas des messages de haine ou des insultes.
      Le respect des croyances religieuses des unes et des sensibiltés des autres, n'est pas facile à arbitrer; quelles concessions sommes-nous prêt-es à faire? Comment peser le droit au travail et le droit à l'apparence d'égalité homme-femme?
      Qui paiera le prix le plus lourd en bout de ligne? Les hommes ou les femmes? Tous les signes religieux ne sont pas le symbole de l'asservissement des femmes.
      Peut-on interdire les signes d'une seule religon?
      Comment ne pas en faire une affaire personnelle?

    • Gaetane Derome - Abonnée 8 février 2014 00 h 04

      @ M.Bernard,
      Honnetement je suis trop respecteuse pour transmettre un message de haine moi-meme.
      Cependant,il est admis que certains signes religieux sont aussi des messages politiques,il est habituellement interdit de passer un message politique au travail.
      Pour ce qui est d'interdire seulement certains signes,cela me semble injuste et a mon sens un apparence neutre a bien meilleur gout.
      De toute facon,ces symboles ne seront interdits que lors des heures ouvrables et il est prevu qu'il y aura une periode de transition pour que les gens puissent s'adapter.

    • Claude Bernard - Abonné 8 février 2014 14 h 53

      Mme. Derome,

      Il y a des signes religieux qui sont des messages politiques sans doute, même si je n'en ai pas à l'esprit.
      Interdire seulement certains signes serait injuste; interdire tous les signes parce que certains sont offensants ou politiques serait tout aussi injuste, à mon avis.
      Comment trancher et être juste? C'est la question qui demeure sans réponse.
      Quel Roi Salomon nous persuadera que la Liberté est aussi sacrée que l'Égalité et que celle-ci n'est pas menacée par celle-la?

  • Mourad Sahafa - Inscrit 7 février 2014 19 h 55

    Le droit de se sentir heurté par les vetements des autres.

    C'est une réaction naturelle qui n'est pas encore inscrite comme droit dans les chartes des droits de l'Homme. Autrefois, c'était impoli de dire que l'on n'aime pas comment l'autre est habillé. Plus encore, les québécoises se sont battus durant des décennies pour défendre le droit de disposer de leur corps. Aujourd'hui, on nous sert le concept de ''malaise'' qui veut muter en droit de l'usager. Une réaction d'allergie qui devrait pourtant etre tout simplement soignée par la sensibilisation à la diversité.

    • Gaetane Derome - Abonnée 8 février 2014 00 h 16

      @ M.Sahafa,

      Et bien c'est toujours impoli de dire qu'on aime pas comment l'autre est habille,sauf si on est une personne tres proche ou encore un employeur qui peut fixer des regles pour un code vestimentaire a respecter.
      Pour la plupart d'entre nous,nous avons une ouverture sur la diversite,j'ai eue des amis et collegues de toutes ethnies,j'ai voyage,j'ai reste a l'exterieur du Quebec,j'ai demeure dans le Nord pres des communautes autochtones.
      Mais ma pensee est que pour acceuillir l'autre dans sa difference il vaut mieux avoir une apparence neutre et c'est cela donner un bon service dans la fonction publique.

    • Cyril Dionne - Abonné 8 février 2014 01 h 27

      Ce ne sont pas vêtements comme les autres. Ce sont des symboles ostentatoires créationnistes qui représentent des religions monothéismes qui sont en plein déni de la moitié de l'humanité et des minorités sexuelles.