Lettre - Merci à Fernand Leduc

J’ai eu le bonheur de rencontrer Fernand Leduc à plusieurs reprises à titre de commissaire d’art contemporain et d’ami. J’ai été ébloui par les Microchromies présentées au Musée d’art contemporain de Montréal en 1980 et par la rétrospective de ses oeuvres organisée par le Musée des beaux-arts de Chartres et présentée par le CIAC à Montréal en 1990. À chaque rencontre, Fernand Leduc éblouissait de sa lumière interne et tenait un discours précis et intense. C’était un homme exigeant. Il a été un modèle.

 

Tout au cours de sa démarche d’artiste, il a gardé une autonomie sur son oeuvre, sur les aléas du marché de l’art, sur les esthétiques de l’heure. Il a été un homme indépendant mais ouvert à l’autre, curieux de leurs réussites, généreux dans la discussion et l’échange d’opinions. Il a été un chêne aux racines profondes. Son oeuvre, déjà exceptionnelle, grandira encore avec le temps. Il faudra aller voir l’espace que lui consacre le Musée national des beaux-arts du Québec.


Claude Gosselin - Centre international d’art contemporain de Montréal, Le 29 janvier 2014