Lettre - Port du turban et soccer: jouer le jeu

Je réagis à la gentille lettre de Marc de Verteuil («Jeune élève et la charte», publiée le 24 janvier dernier) qui déplorerait la perte pour la société québécoise si jamais, en raison de la Charte de la laïcité, ce jeune sikh dont il vante la « contribution » à son école devait un jour quitter le Québec pour pratiquer sa religion et occuper en même temps un métier rémunéré par l’État. Je voudrais signaler que ce lecteur n’a pas bien compris la raison pour laquelle la Fédération québécoise de soccer voulait interdire le port du turban sur les terrains de soccer au Québec.

La Fédération n’a pas voulu créer une nouvelle règle, comme le prétend Marc de Verteuil, mais bien plus simplement faire respecter une règle existante : l’uniforme du soccer ne comprend pas de couvre-chef. C’est la multiculturaliste FIFA qui a adopté une nouvelle règle pour permettre aux jeunes sikhs de participer à l’invasion du religieux dans la sphère publique.

Enfin, moi, je ne verrais pas du tout d’un bon œil qu’un infirmier se présente dans ma chambre d’hôpital avec un turban sur la tête. À l’hosto comme au soccer, l’uniforme ne comprend pas de signe d’appartenance religieuse et, dans un État laïque, on ne comprend pas pourquoi il en serait autrement. Si on veut jouer le jeu, il faut respecter les règles.

À voir en vidéo